Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

École de prière (60) Rendre grâce

La prière chrétienne s’accorde à notre corps comme une harpe et elle vibre au rythme de notre vie. Elle se greffe à l’image que nous nous faisons de Dieu et elle change à mesure que nous grandissons dans la foi. Individuelle ou communautaire, elle est essentiellement action de grâce filiale, car nous avons tout reçu du Père qui nous donne son Fils dans l’Esprit.

Saint Paul nous invite à rendre grâce à Dieu avec fidélité pour sa miséricorde qui s’étend sur nous et sur sa création, malgré le mal et la souffrance. « Soyez assidus à la prière ; qu’elle vous tienne vigilants dans l’action de grâce. » (Col 4, 2). Comment ne pas rendre grâce pour toutes les merveilles que Dieu accomplit par son Fils Jésus! La prière d’action de grâce au Père se traduit par ces mots que Jésus a vécus de l’intérieur et qu’il exprimait avec tout son corps: reconnaissance, accueil, écoute, merci, bénédiction.

Action de grâce

Reconnaître l’action du Père

Jésus rend souvent grâce au Père qu’il voit à l’œuvre dans ses enfants, surtout les plus petits. « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits » (Mt 11, 25). Jésus loue le Père, le bénit, le reconnaît dans les plus humbles. Il nous apprend la gratitude. Il y a un savoir dans la prière d’action de grâce qui s’apprend à l’école de Jésus doux et humble de cœur.

Le chrétien qui met la prière au cœur de sa vie n’est pas un ingrat, car il emprunte avec Jésus un chemin de reconnaissance; reconnaissance au sens de « merci », mais aussi dans le sens qui consiste à relever les traces du Christ sur les routes de notre monde. Plus le croyant prie, plus sa foi grandit, plus il devient action de grâce. Jésus le sait bien, lui qui prie ainsi devant le tombeau de Lazare en levant les yeux au ciel : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours; mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé » (Jn 11, 41-42).

Accueillir et écouter

« Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40). Cette parole de Jésus nous incite à accueillir et à écouter les autres comme si c’était lui. L’autre devient le prochain, frère ou sœur, un cadeau de Dieu. Nous rendons grâce à Dieu pour sa présence en eux et en nous. Nous reconnaissons avec Jésus que la vie est un don du Père et que toutes ses œuvres sont belles. En transmettant ce goût de la vie à nos enfants et aux personnes qui nous sont confiées, nous éveillons en eux le désir de prier et de rencontrer Jésus qui est venu pour que nous ayons « la vie en abondance » (Jn 10, 10).

En nous émerveillant de ce qui beau et bon, nous pouvons mieux accueillir et écouter la vie. Notre regard sur les autres devient plus compatissant. Nous arrêtons de critiquer inutilement pour nous concentrer sur les moments de joie qui nous transportent d’admiration. La prière d’action de grâce nous décentre de nous-mêmes et nous aide à voir le bon côté des choses, malgré les mauvaises nouvelles. Elle nous fait découvrir la beauté des personnes, malgré les blessures de l’âge. Il ne faut souvent que peu de choses pour adoucir les cœurs, embellir la vie, être une bonne nouvelle : une fleur à offrir, un sourire à échanger, un coup de téléphone à donner, une lettre à écrire, un merci à rendre, une prière à partager…  

Remercier et bénir

Merci. Ce mot appris sur les genoux de nos parents devrait jaillir spontanément de nos lèvres. Il se décline dans toutes les langues, dont karistos en grec, (eucharistie). Le merci chrétien culmine dans l’eucharistie, mot qui signifie d’abord « action de grâce ». Par l’eucharistie, les grâces reçues refluent vers leur source. Nous exprimons notre reconnaissance au Père de nous avoir créés, sauvés et sanctifiés dans son Fils par l’Esprit : « Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, Père très saint … »

« Tout est grâce » disait Thérèse de Lisieux, quelques mois avant son entrée dans la Vie le 30 septembre 1897. Le poète Patrice de La Tour du Pin écrivait que « tout est eucharistie ». On pourrait dire que tout est merci, tout est bénédiction, depuis le dernier repas de Jésus : « La nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » (1 Co 11, 23-24).

Paru dans le mensuel Magnificat d'octobre 2017. p. 7-10.

Pour aller plus loin: La prière chrétienne. Guide pratique (Presses de la Renaissance); Expérience de la prière (Parole et Silence).

Notez cet article:
Pour obtenir la persévérance
Désirer Dieu avec François d'Assise

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
22 septembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Personnage très populaire dans l’Église catholique...
2309 lectures
Jacques Gauthier
27 novembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
L’Avent marque une nouvelle année du cycle liturgi...
1181 lectures
Jacques Gauthier
24 janvier 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
  Le 24 janvier 2001, Jean-Paul II avait par...
2422 lectures
Jacques Gauthier
23 décembre 2012
Le blogue de Jacques Gauthier
Il n'y a pas un Noël semblable, car nous changeons...
4082 lectures
Jacques Gauthier
18 octobre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Ce qui devait être un débat sur la laïcité au Québ...
2200 lectures