Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

La folie de la croix

 

En Jésus, Dieu se donne lui-même en sacrifice pour le salut de tous les humains. Il est l’Agneau sans tache qu’on immole sans pitié. Il nous lave par son sang, pardonne nos péchés, nous libère de la mort. Ce grand mystère de l’amour qui se donne librement s’appelle la Croix, fête que nous célébrons chaque année le 14 septembre, suivie par Notre-Dame des Douleurs.

Croix glorieuse 2

Puissance et sagesse de Dieu

La croix du Christ est devenue un signe de bénédiction par sa mort et sa résurrection. C’est une fierté au cœur de tout baptisé, parce qu’elle manifeste le don de Dieu : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jean 3, 16). Il est sur ce bois le Fils qui, par sa croix, nous rend la vie. Son corps en croix est la plus belle parole d’amour jamais prononcée. C’est l’amour qui le tient, non les clous, disait sainte Catherine de Sienne

Pour saint Paul, la croix est puissance et sagesse de Dieu, source de salut et de grâce : « Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. » (1 Corinthiens 1, 23). Ainsi, la folie de Dieu se révèle plus sage que la sagesse humaine, et la faiblesse de Dieu plus forte que la force des hommes.

C’est à l’ombre de Jésus crucifié que les différentes stations de nos chemins de croix peuvent s’éclairer, y compris la souffrance d’un enfant, douleur suprême puisqu’elle est amplifiée par un sentiment d’injustice. Mais Dieu n’est-il pas présent dans l’amour que nous éprouvons pour cet enfant ? N’est-il pas là dans la main de l’enfant que nous serrons pour l’aider à vivre ? Ce lien d’amour, n’est-ce pas cela Dieu, caché en nous comme nous sommes cachés en lui, avec nos imperfections ?

Pourquoi la souffrance ?

Le regard du crucifié répond à la question du mal et de la souffrance par l’amour. Paul Claudel disait que Dieu n’est pas venu pour supprimer la souffrance, ni même pour l’expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence. Le Christ a remplacé par sa présence toute explication de la souffrance qui ne peut être que partielle, voire dérisoire.

Jésus n’a pas analysé la croix, il s’est étendu dessus. Le théologien jésuite François Varillon a parlé d’une souffrance en Dieu qui vient de son trop-plein d’amour qui n’est pas reçu par plusieurs de ses enfants qui s’éloignent ainsi de la paix véritable. « Quand l’amour renonce à la puissance qui imposerait sa loi, il s’expose au refus. Il y a une souffrance familière à l’homme et inconnue de Dieu : celle de se savoir insuffisamment aimant. Si Dieu souffre, c’est de trop aimer » (François Varillon, La souffrance de Dieu).

La croix dressée sur le monde n’épargne personne, puisque tous et toutes nous souffrons. Le 15 septembre, nous honorons Marie, associée à la souffrance de son fils, sous le vocable de Notre-Dame des douleurs. Elle accueille pleinement cette croix qui transforme la mort en vie. Comme son fils, elle est libre et elle nous accompagne dans l’épreuve.

Jésus donne sa vie librement, personne ne la lui prend. Il aime les siens jusqu’à la fin, faisant de la souffrance un chemin d’offrande. « Père, entre tes mains je remets mon esprit » (Luc 23, 46). Cette logique intime de la confiance est la signature même de notre Dieu. La mort ne pouvait pas retenir son corps glorieux.

Prière

Seigneur Jésus, tu as transformé la torture de la croix
en un signe de bénédiction par ta résurrection.
Je te loue pour ce geste d’amour
qui désarme le mal et élève le monde.
 
Ta Croix est un baiser sur le front,
l’arbre qui unit le ciel et la terre,
le lien qui m’élève jusqu’à ton cœur,
l’étreinte qui embrasse l’humanité.
 
Comment ne pas te rendre gloire par ce bois de vie
qui m’ouvre la porte du paradis ?
Donne-moi assez de foi pour ne voir que toi
et assez d’amour pour porter ma croix avec toi.

 

Extraits de mon texte paru dans le Prions en Église Canada, 10 septembre 2017, p. 35-36.

 

Notez cet article:
Prière à Notre-Dame des Douleurs
Prendre chez soi Marie

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
1 novembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Lors d’une émission d’Apostrophes, Bernard Pivot a...
1527 lectures
Jacques Gauthier
4 janvier 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
 Noël est propice aux contes, et l'Épiphanie ...
3553 lectures
Jacques Gauthier
23 mars 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
  Semaine sainte Vendredi saint anticipé &nb...
1302 lectures
Jacques Gauthier
4 avril 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Depuis ce matin-là   Depuis ce matin-là, au...
2042 lectures
Jacques Gauthier
27 janvier 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 27 janvier est la journée mondiale pour commémo...
2681 lectures