Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

École de prière (59) Faire le signe de la croix

signe de croix3
Combien de fois faisons-nous le signe de la croix machinalement? Ce geste n’est pas banal. Il unit le ciel et la terre, enveloppe tout l’être de la présence trinitaire, rassemble l’humain et le divin à ce point central qu’est le cœur. Nous témoignons ainsi de notre foi avec notre corps. Des chrétiens sont morts martyrs pour l’avoir fait dans des pays qui ne tolèrent pas la foi catholique. Faire le signe de la croix, seul ou en groupe, c’est marquer notre appartenance au Dieu Père, Fils et Esprit. Faisons-le donc lentement. Marie recommandait à sainte Bernadette à Lourdes de faire ce geste « long, large et lent ». Nous signifions que Dieu est inscrit dans notre chair. Depuis que nous sommes baptisés dans la mort et la résurrection du Christ, nous avons Dieu chevillé au corps. Dieu au corps Dieu n’est pas une énergie cosmique impersonnelle, mais un être de relation. Il...
Lire la suite
Notez cet article:
1571 lectures
0 commentaires

Prière à Notre-Dame des Douleurs

Marie des douleurs
Marie, tu es mère jusqu’au bout. Tu n’abandonnes pas ton fils aux supplices de la croix et de la mort, mais tu enfantes avec lui l’humanité nouvelle. Tu es là,  présente, silencieuse,  compatissante, en écho à sa Passion et à nos souffrances.   Ne délaisse pas tes enfants de la terre qui peinent sous le fardeau de l’épreuve.   Je te contemple debout au pied de la Croix, et je t’accueille chez moi. La vie jaillit de ton âme traversée d’un glaive.   Tu rends meilleur celui qui te regarde avec amour, pure grâce de te voir si belle en Dieu, si proche de nos douleurs.   Ève nouvelle, pleinement mère au pied de nos croix, guide-nous toujours vers Jésus pour sa joie et la nôtre.    Jacques Gauthier, dans  Prier la Parole , no 88, 15 septembre 2017, p. 10.
Notez cet article:
717 lectures
0 commentaires

La folie de la croix

Croix glorieuse 2
  En Jésus, Dieu se donne lui-même en sacrifice pour le salut de tous les humains. Il est l’Agneau sans tache qu’on immole sans pitié. Il nous lave par son sang, pardonne nos péchés, nous libère de la mort. Ce grand mystère de l’amour qui se donne librement s’appelle la Croix, fête que nous célébrons chaque année le 14 septembre, suivie par Notre-Dame des Douleurs. Puissance et sagesse de Dieu La croix du Christ est devenue un signe de bénédiction par sa mort et sa résurrection. C’est une fierté au cœur de tout baptisé, parce qu’elle manifeste le don de Dieu : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jean 3, 16). Il est sur ce bois le Fils qui, par sa croix, nous rend la vie. Son corps en croix est la plus belle parole d’amour jamais prononcée. C’est l’amour qui le tient,...
Lire la suite
Notez cet article:
898 lectures
0 commentaires

Prendre chez soi Marie

Naissance de Marie
  Dieu nous offre Marie comme s’il nous livrait son cœur. À partir de sa nature humaine, un ciel s'est formé sur la terre. Son corps devient la demeure de Dieu, son paradis d’amour. Sa naissance fait lever sur le monde l’aurore du salut, prélude de notre joie. Marie, comme une terre féconde, accueille le souffle de la parole frémissante pour que germe le grain. Son lait et son sang le font grandir. Son accueil délivre la matière conçue de l’Esprit. Avec Joseph, ne craignons pas de prendre chez nous la servante du Seigneur.  Transparente Marie, la sans tache, vierge dans la matière, nous apporte la lumière et la soif. Son oui inaugure l’ère de la nouvelle création. Elle vibre à la lumière du nouveau soleil comme aucune autre personne. Son oui délivre tout un peuple. Nos oui s’ajoutent au sien. La joie du message fait le tour de la terre....
Lire la suite
Notez cet article:
594 lectures
0 commentaires

Transfiguré et défiguré

Transfiguration 3
Cette année, nous célébrons la Transfiguration du Seigneur un dimanche. Cette fête est très importante chez les chrétiens orthodoxes. Elle l’est également pour moi, non seulement parce que l’une de mes filles est née un 6 août, mais parce que la lumière qui émane de Jésus transfiguré fait ressortir l’éclat du beau qui habite en nous. Dieu n’est pas seulement le bon Dieu, il est aussi le beau Dieu qui s’est fait visage en l’être humain créé à son image et à sa ressemblance. Une expérience lumineuse En ce jour de lumière, Jésus révèle la gloire de sa nature divine à ses apôtres Pierre, Jacques et Jean. Son visage change d'aspect et ses vêtements deviennent d'une blancheur éclatante. Pierre rappelle qu’ils ont été « les témoins oculaires de sa grandeur » (2 Pierre 1, 16). Ils étaient là sur la montagne sainte, ils ont entendu la voix venant du ciel qui disait :...
Lire la suite
Notez cet article:
608 lectures
0 commentaires

Chemin de croix avec Jésus

Croix via dolorosa
1 ère station . Jésus est condamné à mort Alors, il leur relâcha Barabbas ; quant à Jésus, il le fit flageller, et il le livra pour qu’il soit crucifié . (Mt 27, 26) Jésus, ta vie nul ne la prend, tu la donnes librement avec amour. Tu prends sur toi la condamnation qui pèse sur Barabbas, sur tout le genre humain. Tu es flagellé, couronné d’épines, livré pour être crucifié. Béni sois-tu de vaincre les ténèbres du mal par la puissance de ton humilité. 2 ème   station . Jésus est chargé de sa croix Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. (Mt 16, 24) Jésus, tu es chargé de ta croix comme Isaac porta sur son dos le bois de son holocauste. Elle est l’arbre de vie qui nous ouvre les portes du Ciel. Nous marchons à...
Lire la suite
Notez cet article:
700 lectures
0 commentaires

Le paradoxe chrétien

Croix église
Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix , du rythme des mots qui épouse celui du corps. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète : « Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? », me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère, comment reconnaître que Jésus est le Christ? Dieu est paradoxe L’apôtre Philippe demanda à Jésus : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ». Jésus lui répondit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14, 8-9). Que Dieu se laisse voir dans un visage...
Lire la suite
Notez cet article:
1146 lectures
0 commentaires

Au vendredi de nos croix

Sainte Face
Donne à notre prière, Seigneur, la foi qui relance le désir de te chercher, l’espérance qui dénoue le cœur inquiet, l’amour qui désencombre l’âme distraite.   Tu es plus proche que ce qui nous éloigne, Père caché au creux de nos amours, si présent en tout ce qui est humain. Aide-nous à prier sans cesse dans l’Esprit.   Fais-nous découvrir les clés de la prière. Que nos portes s’ouvrent à ta miséricorde, Amour désarmé aux mille visages, que nous entendions ta parole dans la rumeur de nos mots.   Pourquoi crier ton nom au-dehors? Il jaillit en notre puits comme une source. Dieu caché, visible sur le visage du Crucifié, compagnon d’épreuve qui nous parle au-dedans lorsque tout semble se taire au vendredi de nos croix.   Jacques Gauthier, Prières de toutes les saisons , Parole et Silence / Bellarmin, p. 48. 
Notez cet article:
1492 lectures
0 commentaires

Servir par amour

Louis et Zélie Martin
L'évangile de ce 29e dimanche nous montre Jésus qui monte à Jérusalem. Il marche seul, en avant de ses disciples. Il est absorbé dans sa relation avec le Père. Jacques et Jean s’approchent alors de lui pour lui demander une faveur. Jésus leur pose d’abord une question, comme on le voit en d’autres occasions dans l’Évangile, car il aime que nous lui exprimions notre désir : « Que voudriez-vous que je fasse pour vous ? » (Marc 10, 36) La réponse des deux frères : que l’un siège à sa droite et l’autre à gauche dans sa gloire. Bref, les deux fils de Zébédée veulent obtenir les premières places. Prendre sa croix à la suite de Jésus Alors que Jésus confie à ses disciples qu’il sera livré aux mains des hommes, qu’ils le tueront et qu’il ressuscitera, eux ne comprennent pas et n’osent pas l’interroger à ce sujet. C’est Jésus...
Lire la suite
Notez cet article:
2316 lectures
0 commentaires

À Paris, avec Thérèse, pour Jésus

Semaine thérésienne
Jésus raconté par
Je me prépare de nouveau à partir pour la France et c'est toujours exaltant, quoique plus fatiguant à 63 ans. La première fois, j'avais vingt ans, et toutes mes dents. C'était en mars 1973. Tout était à découvrir. Je désirais vivre l'Évangile à fond, suite à une conversion au Christ le 2 juin 1972. J'ai vécu six mois à l'Arche de Jean Vanier, près de Compiègne, en partageant le quotidien avec des personnes handicapées. Je suis revenu au Québec pour vivre quatre ans comme novice à la Trappe d'Oka. Puis ce furent les études en théologie à l'UQTR et à l'Université Laval. J'ai fait un doctorat sur le poète Patrice de La Tour du Pin , d'où mes nombreux séjours dans sa famille à Paris et au Bignon-Mirabeau, dans le Loiret. Je suis retourné en France à d'autres occasions pour de mémorables tournées autour des livres La crise de la...
Lire la suite
Notez cet article:
2043 lectures
0 commentaires

4 août: saint curé d'Ars (1786-1859)

z1150
Au calendrier liturgique, il est saint Jean-Marie Vianney. Pour les foules, il est d’abord le saint curé d’Ars. Cet homme de prière a su vaincre les obstacles qui se dressaient devant lui. Qu’il soit en chaire ou au confessionnal, sa connaissance progressive de la miséricorde infinie de Dieu le brûlera d’amour. Sa bonté joyeuse, sa foi agissante, son accueil inconditionnel de l’autre transformeront la petite paroisse d’Ars en un important centre de pèlerinage pour tous et en un foyer spirituel pour les prêtres.   (Merci au frère Dominique Savio Marie de l'abbaye bénédictine Saint-Joseph de Clairval  (France) pour l'autorisation de reproduire ce tryptique du curé d'Ars)  Un amour qui persévère Jean-Marie Vianney est né le 8 mai 1786 à Dardilly, près de Lyon. Quatrième d’une famille de six enfants, ses parents sont de modestes paysans qui ont à cœur la prière en famille et l’accueil des plus pauvres. L’enfant a trois...
Lire la suite
Notez cet article:
2960 lectures
0 commentaires

Saint Paul et la sagesse divine de la croix

St Paul ephesus
Un jour, je participais à une table ronde sur la poésie et le sacré. Je parlais de la beauté des poèmes de saint Jean de la Croix. Mon interlocuteur écrivain partageait mon admiration, mais il ne comprenait pas la foi du poète. Comment croire en un Dieu qui envoie son Fils dans le monde pour nous sauver sur une croix? me lança-t-il. En effet, sans la foi, comment adhérer à un tel mystère? Saint Paul évoque très bien ce paradoxe d’un Dieu qui s’abaisse par amour jusqu’à s’anéantir sur la croix pour nous élever par sa résurrection (Ph 2, 6-11). Paradoxe chrétien d’unir ainsi souffrance et joie, vendredi saint et Pâques, puisque l’amour de Dieu absorbe tout. Paradoxe du langage qui a besoin du silence pour méditer ce mystère de la kénose divine (anéantissement). Paradoxe de Dieu qui a besoin de nous pour se révéler. Paradoxe de se vider de...
Lire la suite
Notez cet article:
2007 lectures
0 commentaires

École de prière (31): Le Coeur de Jésus

sacré coeur
Créés à l'image de Dieu, nous désirons par-dessus tout aimer et être aimés. Pour saint Augustin, notre cœur n’est pleinement satisfait que lorsqu’il repose en Dieu. Pas étonnant que la dévotion au cœur de Jésus, comme expression de sa miséricorde, se soit répandue dans l’Église. C’est la vie même du Verbe de Dieu qui bat dans le cœur de Jésus. Il est le bon berger qui donne sa vie pour ses brebis, qui les guide « par des liens d’amour » et les traite « comme un nourrisson qu’on soulève tout contre sa joue (Osée 11, 4). La prière contemplative et silencieuse, appelée aussi l'oraison, saisit les battements de ce divin cœur par l’Esprit Saint qui crée en nous un cœur pur. Révélation du cœur de Jésus Le cœur, symbole de l’amour, exprime le centre intime de la personne, son mystère sacré. Jésus va révéler son cœur à une jeune visitandine de Paray-le-Monial, Marguerite-Marie Alacoque...
Lire la suite
Notez cet article:
1983 lectures
0 commentaires

La beauté du Transfiguré

careme2 480
Chaque carême, l'Église propose de faire avec Jésus un pèlerinage intérieur de quarante jours. Nous retournons aux sources de l’histoire du salut. Nous rencontrons différents personnages, visitons des lieux de la Palestine, renouons avec la prière. Dimanche dernier, nous étions au désert avec Jésus; au deuxième dimanche de Carême nous nous retrouvons sur la montagne, où le Christ laisse entrevoir sa victoire pascale devant Pierre, Jacques et Jean. Le Père lève le voile sur son projet de salut en transfigurant son Fils. Ce projet d’amour nous est raconté dans l’Évangile qui est en lui-même une force de transfiguration pour nous et le monde. En méditant l’Évangile, nous sommes transformés. En suivant Jésus, nous sommes transfigurés. « Qui regarde vers lui resplendira », dit-on dans un psaume.   Revenir sans cesse à l'Évangile L’Évangile était le précieux guide de Thérèse de Lisieux . Elle le portait sur son cœur, s’en servait dans ses oraisons...
Lire la suite
Notez cet article:
2114 lectures
0 commentaires

11 février: Journée mondiale des malades

Mains malade
Jean-Paul II a institué le 11 février Journée mondiale des malades. C'est également la fête de Notre Dame de Lourdes. Cette Journée des malades me rappelle Blandine Leduc, décédée un matin d'avril à l'âge de 93 ans. Blandine vivait dans un centre pour personnes âgées de Gatineau et n’avait pas d’enfant. Mon épouse et moi lui rendions visite régulièrement et lui apportions des friandises. « Je suis vieille, mais j’ai tout mon génie », aimait-elle répéter. À ses funérailles, dans l’église de Thurso, c’est elle qui nous visitait par ce beau mystère de la communion des saints. Nous avions si souvent prié avec elle. Que de fois n’a-t-elle pas récité son chapelet aux intentions des souffrants de la terre! À sa façon, elle portait le monde. Visiter un malade, rencontrer Jésus Dans ce monde trop souvent individualiste, il y a ici et là des équipes de bénévoles qui visitent les malades et les...
Lire la suite
Notez cet article:
2110 lectures
0 commentaires

27 décembre: Saint Jean, celui que Jésus aimait

saint-jean
L'évangéliste Jean est bien à sa place dans l'octave de Noël. Il est le chantre par excellence du mystère de l'Incarnation du Christ, le théologien du Verbe de Dieu fait homme. Nous lisons le sublime prologue de son évangile à la messe du jour de la Nativité: « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jean 1, 14) J'ai déjà écrit sur ce prologue dans un blogue sur Noël .  L’apôtre bien-aimé se définit comme « celui que Jésus aimait » (Jean 13, 23). Il se nomme ainsi dans son évangile sans dire explicitement que c’est lui, par humilité sans doute, et aussi par solidarité avec les autres disciples. À la dernière Cène, il reposa sur la poitrine du Seigneur, sans se mettre de l’avant. On ne peut...
Lire la suite
Notez cet article:
2664 lectures
0 commentaires

Le Christ, un roi d'amour

Christ-Roi Rio
Au dernier dimanche de l'année liturgique, l'Église célèbre le Christ, roi de l'univers. Peut-être que ces notions de roi et de royaume ne nous disent plus grand-chose aujourd'hui. Par contre, cette parole de l’évangile est brûlante d’actualité: « Le Roi dira à ceux qui sont à sa droite : ‘Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi’ » (Mt 25, 34-37). La primauté de l’amour Voilà donc le critère du jugement du roi : des actes concrets de charité et de pardon. En les faisant aux autres, c’est à Jésus lui-même qu’on le fait. « Chaque fois que...
Lire la suite
Notez cet article:
1776 lectures
0 commentaires

14 septembre: la Croix glorieuse, la vie donnée

Croix glorieuse
Instrument de supplice réservé aux condamnés à mort, la croix est devenue un signe de bénédiction par la mort et la résurrection du Christ. C’est un baiser sur nos fronts, une fierté au cœur de tout baptisé, comme il est dit à l’antienne d’ouverture de la fête de la Croix glorieuse, le 14 septembre : « Que notre seule fierté soit la Croix de notre Seigneur Jésus Christ. En lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection; par lui, nous sommes sauvés et délivrés ». Ce bois de vie nous a ouvert la porte du paradis, ainsi nous pouvons rendre gloire au Père tout-aimant, « car tu as attaché au bois de la croix le salut du genre humain, pour que la vie surgisse à nouveau d’un arbre qui donnait la mort et que l’ennemi, victorieux par le bois, fût lui-même vaincu sur le bois, par le Christ, notre Seigneur » (Préface de...
Lire la suite
Notez cet article:
2178 lectures
0 commentaires

23 août: Sainte Rose de Lima

Rose de Lima
Née à Lima le 20 avril 1586 de Gaspar del Flores et de María del Oliva, Isabelle reçut très tôt le surnom de Rose. Était-ce à cause de son beau teint, sans pareil? Sa mère affirma que, penchée sur son berceau, elle aperçut une rose épanouie sur le visage de sa petite fille. Désormais, elle l’appellera « ma Rose ». Ce changement de nom sera confirmé par la Sainte Vierge dans une vision que Rose aura plus tard. Un amour passionné pour le Christ Dixième enfant d’une pauvre famille espagnole, elle demanda dans la prière la grâce de savoir lire, ce qui lui sera donné à 4 ans et demi. Elle en profitera alors pour se nourrir de la vie de sainte Catherine de Sienne qui deviendra son modèle, son amie dans la communion des saints. C’est à son exemple qu’elle mènera une vie de pénitence, s’exerçant au jeûne dès l’âge de...
Lire la suite
Notez cet article:
3618 lectures
0 commentaires

Le Triduum pascal: l'amour plus fort que la mort

triduum pascal
Tout au long de l’année liturgique, Dieu vient à nous et nous allons à lui. Nous célébrons son amour plus fort que la mort. Ce mystère de salut culmine à ce que les premiers chrétiens appelaient « la Grande Semaine », qui va du Dimanche des Rameaux jusqu’à Pâques. Durant cette semaine sainte, l’amour se concentre sur trois jours comme en un point lumineux, un feu divin qui irradie de l’intérieur et qui envahit tout : le Triduum pascal.   Sommet de l’année liturgique, le Triduum commence le soir du Jeudi saint pour se terminer au dimanche de Pâques. Il ne s’offre pas à nous comme un spectacle, mais comme une rencontre avec le Christ. Nous suivons Jésus dans les derniers moments de sa vie, nous faisons nôtres ses sentiments, nous célébrons sa Pâque, c’est-à-dire son passage de ce monde à son Père. Voici quelques gestes que l’Église propose dans sa liturgie et...
Lire la suite
Notez cet article:
2558 lectures
0 commentaires

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
24 mars 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Réjouis-toi   Fille de la terre à l’aurore...
1952 lectures
Jacques Gauthier
1 septembre 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Dieu, créateur de l’univers visible et invisible, ...
1916 lectures
Jacques Gauthier
23 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
J’apprends sur Twitter qu’on organise le 21 juille...
1982 lectures
Jacques Gauthier
1 juin 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
  La prière est la respiration de l’âme, dit-...
1524 lectures
Jacques Gauthier
10 février 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Jean-Paul II a institué le 11 février Journée mond...
2110 lectures