Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

De la blessure à la grâce, deuxième partie

les defis de la soixantaine tb
Deuxième partie de l'entretien avec Nathalie Calmé sur la crise de la quarantaine paru dans la revue  Sources ,  no 40, décembre 2017. Pour lire la 1 er partie, cliquez ici . Au moment de la crise de la quarantaine, le désarroi spirituel du croyant est parfois comparable, selon vous, à une « nuit mystique »... La nuit mystique surgit du fond de notre misère humaine, de la crise du désir vécue à la quarantaine. Le croyant s'en remet à Dieu. Sa foi lui fait comprendre mystérieusement que c'est Dieu qui agit en lui. Il l'invite à la paix du cœur en le faisant passer par la nuit du dépouillement. Dieu plonge son cœur dans le vide et la sécheresse en lui montrant ce qui est faux et ombrageux : égoïsme, orgueil, agressivité, dépendance, jalousie. Le Tout éclaire son côté destructif. Il s'ensuit une grande douleur de se savoir indigne d'un tel amour....
Lire la suite
  1184 lectures
  0 commentaires

De la blessure à la grâce, première partie

la crise de la quarantaine
Entretien avec Nathalie Calmé sur la crise de la quarantaine paru dans la revue  Sources , no 40, décembre 2017. Première partie. Dans votre livre La crise de la quarantaine, vous écrivez que cette crise est une « occasion rêvée, car elle invite au changement et à l'intériorisation ». Parlez-nous de ce passage... Peu de personnes échappent à la crise de la quarantaine, surtout dans nos sociétés modernes axées sur l'avoir, la réussite et la performance. Chacun vit à sa manière cette phase de transition qui s'étend environ de trente-cinq à quarante-cinq ans. On quitte progressivement les promesses de la jeunesse et on devient vraiment acteur de sa vie. L'enfance paraît lointaine et la mort plus proche. Cet âge est marqué par des bilans, des désillusions, des remises en question. L'heure est venue de faire une pause, d'être à la mi-temps, un peu comme les joueurs de football qui prennent un temps de...
Lire la suite
  1225 lectures
  0 commentaires

Désirer chercher Dieu

Épiphanie 1
Dieu nous a créés pour que nous le cherchions, comme l’affirme saint Paul aux citoyens d’Athènes : « Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous. » (Actes des Apôtres 17, 27). Le désir de chercher Nous sommes toujours des apprentis dans cette quête de Dieu, un peu comme les Mages à la recherche de l’Enfant Jésus. Nous allons de questions en questions, qui avivent notre désir et relancent notre espérance. C’est dans ce désir de chercher Dieu que nous existons vraiment et que nous nous révélons à nous-mêmes. Dieu, nous le cherchons dans la nuit de la foi pour que, l’ayant trouvé, nous le cherchions à tâtons en plein jour, ou plutôt, pour que nous nous laissions chercher par lui. Dieu demeure le cherché et le chercheur. Nous ne pouvons que...
Lire la suite
  1708 lectures
  0 commentaires

Désirer Dieu avec François d'Assise

Saint François
Les mystiques chrétiens parlent du désir de Dieu avec ardeur. Saint Bernard écrivait dans son Traité de l’Amour de Dieu  : « Dieu a fait de toi un être de désir et ton désir, c’est lui, Dieu ». Il s’inspirait d’Augustin qui affirmait que « le désir est le fond du cœur ». En désirant Dieu, on se rend capable d’être comblé par lui. Présence de Dieu en soi Dieu est une présence significative à l’âme qui attend qu’on le reconnaisse. La prière, expression par excellence du désir, est le moyen le plus simple et le plus direct pour entrer en relation personnelle avec Dieu. C’est l’échange de deux regards, de deux désirs. Lorsque nous désirons Dieu, nous le cherchons; et lorsque nous le cherchons, nous le désirons. Notre désir devient notre prière. Il suffit de fermer les yeux quelques minutes, de descendre dans notre cœur, d’écouter le silence, de faire un acte de...
Lire la suite
  1448 lectures
  0 commentaires

Redécouvrir saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

bernard chapitre
Dans sa Divine comédie, chef-d’œuvre de la littérature mondiale, Dante Alighieri (1265-1321) fait du cistercien  Bernard de Clairvaux le guide vers la vision suprême de Dieu au Paradis. C’est dire qu’il le considérait comme le mystique accompli des rapports de l’âme avec Dieu. Cette reconnaissance du poète italien exprime l’influence posthume de saint Bernard. Les prédicateurs ont abondamment utilisé ses écrits, il en est resté quelque chose dans la littérature et les arts.   Interlocuteur des rois et des papes, saint Bernard, docteur de l’Église fêté le 20 août, reste un moine authentique et un écrivain spirituel hors pair dont la foi ardente au Christ n’est pas cérébrale. Contemplatif dans l’action, sa prédication jaillit de son oraison intérieure. Elle attise dans l’âme le feu de l’amour divin pour que cette flamme entraîne d’autres chercheurs à sa suite. Ses œuvres mystiques révèlent une vie spirituelle intense, une science théologique sûre et...
Lire la suite
  1848 lectures
  0 commentaires

L'autobiographie de Marie de l'Incarnation

Marie de Incarnation 1654
La lecture d’œuvres mystiques est palpitante à plus d’un titre. Elle nous en apprend beaucoup sur les rapports entre le désir et le don, le corps et l’âme, la parole et le silence, l’humain et le divin. Lire ces témoignages de feu, c’est toucher à ce qu’il y a de plus essentiel et profond en nous : l’absolu de l’amour. Notre monde sécularisé aurait tort de se priver de ces auteurs uniquement parce qu’ils parlent de foi, de religion, de Dieu. Qu’ils débordent des cercles des croyants et des études théologiques, c’est une bonne chose, car leurs textes ont une valeur en soi et font partie de l’histoire littéraire. Ainsi en est-il de l’autobiographie spirituelle de Marie de l’Incarnation, appelée Relation de 1654 , rééditée en « Boréal Compact » à un prix accessible. Il s’agit du manuscrit non autographe conservé au monastère des Ursulines de Trois-Rivières, paru en 1930, d’après l’édition de Dom...
Lire la suite
  1820 lectures
  0 commentaires

Le désir de vocation

Jésus bon pasteur
Chaque année, le quatrième dimanche de Pâques nous ramène l’image du Bon Pasteur et la journée mondiale de prière pour les vocations. Ce dimanche pourrait aussi s’appeler celui des différents ministères dans l’Église, pour que « le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 13, 47). La journée du désir Le dimanche des vocations est la journée du désir. Désir de Dieu lui-même qui veut nous conduire vers les sources de la vie en nous donnant la vie éternelle : « Mes brebis écoutent ma voix; moi je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle » (Jean 10, 27-28). Désir des chrétiens d’écouter Jésus, de lui donner leur vie comme il l’a fait pour chacun et chacune de nous. La vocation, comme la prière, naît de la rencontre de ces deux désirs. La vocation est le fruit du désir de Dieu pour nous et de nous...
Lire la suite
  1718 lectures
  0 commentaires

École de prière (38) Quelle est la meilleure méthode?

Prière soir
La prière chrétienne est désir et rencontre, méditation et contemplation, connaissance de soi et de Dieu. Elle est un puissant moyen pour communier à l’amour de Dieu répandu en nous par son Esprit. La foi et l’amour nous guident mieux sur ces chemins de la prière que les méthodes ou les techniques extérieures à nous. Je dis souvent que la meilleure méthode est de ne pas en avoir, ou bien c'est celle qui libère le mieux la prière en nous. L’Esprit saura bien nous donner la prière qu’il nous faut si nous l’invoquons avec confiance, car nous ne savons pas prier comme il faut, nous dit saint Paul. « Viens, Esprit Saint »! Les chemins de l’Esprit Saint À l’article de mon blogue, Petit lexique à retenir , je signalais que Jésus n’a pas donné de méthode précise pour méditer et prier. Il nous a laissé une prière vocale, le Notre Père,...
Lire la suite
  2136 lectures
  0 commentaires

Qui est Dieu pour moi?

Dieu
Dieu me fascine depuis toujours. Je suis tombé dedans quand j’étais petit. Je l’ai au corps et au cœur depuis ma naissance et mon baptême. Il reste caché, même si Jésus est venu nous le révéler comme un Père. J’essaie de le comprendre au fil des livres que j’écris. J’ai même rédigé un Petit dictionnaire de Dieu (Novalis), ce qui exige une bonne dose d’humilité et d’inconscience tant ce projet donne le vertige. Dieu n’est pas une invention, c’est une découverte, disait Louis Massignon. Quelqu’un de personnel La question « qui est Dieu ? » renvoie à qui je suis. Pour moi, Dieu est quelqu’un de personnel qui m’aime et habite ma conscience depuis mon enfance. Il est un « tu » qui fonde mon « je », un Dieu ineffable que ma parole balbutie. Devant cet être, autre et différent, je ne suis jamais seul. Pas de lieu et...
Lire la suite
  5562 lectures
  0 commentaires

Vouloir voir Jésus

Voir Jésus
Dans l'Évangile de ce 5e dimanche de Carême, Jean met en scène des Grecs en pèlerinage à Jérusalem pour la Pâque. Ils demandent à l'apôtre Philippe : «Nous voudrions voir Jésus» (Jn 12, 21). Tout commence dans la vie chrétienne par cette volonté de voir Jésus, de le rencontrer et de l’aimer. Je veux voir Dieu Ce « nous voudrions voir Jésus » me rappelle Thérèse d’Avila , dont nous fêtons cette année le 500e anniversaire de naissance. À l’âge de sept ans, elle s’enfuit de la maison paternelle pour combattre au pays des Maures afin de mourir et voir Dieu au ciel. Le Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus coiffera sa Somme de théologie mystique de ce désir thérésien : « Je veux voir Dieu ». Voir et croire commencent toujours par le désir.  Voulons-nous voir Dieu à l’approche de la Semaine Sainte? Il nous donne rendez-vous dans sa Passion, le croyons-nous vraiment? Le Dieu Père, Fils et...
Lire la suite
  3202 lectures
  0 commentaires

Mariage, eros et agapè

Couple
Au blogue précédent, intitulé Les noces de l’Époux , j’ai montré que l’amour de Dieu, tel que révélé dans la Bible, est une alliance aussi personnelle et profonde que l’époux avec son épouse. Approfondissons un peu plus cette alliance mystique qui est scellée au baptême et qui unit intimement les époux au Christ, particulièrement dans les sacrements de l’Eucharistie, de la réconciliation et du mariage. Une mutuelle sainteté En se donnant corps et âme, les époux s’inspirent du don que Jésus a fait tout au long de sa vie, et qu’il actualise chaque jour dans le rendez-vous d’amour qu’est l’Eucharistie. Mariage et Eucharistie sont des sacrements de l’alliance centrés sur le don du corps : « Ceci est mon corps… ».  Corps donné, corps reçu, dans l’amour conjugal comme à la messe, c’est toujours communier au Christ. Nous devenons unique hostie avec lui, par lui et en lui. L’amour conjugal devient...
Lire la suite
  2602 lectures
  0 commentaires

École de prière (27) L'indémodable prière

prier
Dans une entrée de mon Petit dictionnaire de Dieu , j'affirme que Dieu ne se démode pas, car il n'est pas une idole que l'on fabrique au gré des campagnes de publicité et dont l'apparition suscite la frénésie. Il faut sans cesse dépasser la conception que l’on se fait de Dieu. On dirait aujourd’hui que c’est là le plan de marketing de l’enseignement biblique. Le culte est dû à Dieu seul et non à une idole qui tente de le remplacer : l’argent, le pouvoir, le sexe, le jeu, l’ambition, le succès… En d’autres mots : où va mon amour ? Désirer vouloir prier Si Dieu est mon amour, je prendrai du temps dans la prière pour lui parler, l’écouter, le rencontrer, demeurer en sa présence. Le dialogue fait partie de l’amour, c’est ainsi que dans la prière nous parlons à Dieu de nos besoins et nous nous ouvrons à son action en...
Lire la suite
  2729 lectures
  0 commentaires

Suggestions pour vivre l'Avent 2014

Avent
Le mot Avent vient du latin  Adventus qui désigne l'acte d'arriver. C'est le commencement d'un nouveau cycle liturgique. Ce temps d’attente et de conversion nous prépare à accueillir Celui qui est, qui était et qui vient. Nous célébrons l’arrivée de la lumière à Noël qu'est l’avènement de Notre Seigneur Jésus Christ. Nous célébrons également à l’avance sa venue prochaine dans la gloire, que ce soit à la fin de notre vie ou à la fin des temps. Pour mieux prier en Église ce temps de l’Avent, soyons des êtres de désir et d’espérance, de joie et d’éveil, avec Isaïe, Jean le Baptiste, Marie et Joseph. Aménagement d’un coin de prière Dans mon coin de prière ou dans un endroit visible de la maison, je place un calendrier de l’Avent, une couronne de quatre chandelles que je vais allumer chaque dimanche en chantant Venez divin Messie ou un autre cantique. Cette petite...
Lire la suite
  3558 lectures
  0 commentaires

École de prière (22) Présence de Dieu, trésor de l'âme

03-1
Marie-Léonie Paradis
 "Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le". Qui n'a pas entendu cette formule, à l'église ou dans un groupe de prière, avant de réciter un chapelet ou une autre prière? Dieu ne nous est-il pas toujours présent? Oui, mais sommes-nous présents à sa présence? Se mettre en présence de Dieu veut dire : s’arrêter un moment, se recueillir, prendre conscience de sa présence en nous. Qu’importe si nous ne la ressentons pas lorsque nous prions, l’important est « d’être » en sa présence. C’est dans la foi profonde que nous rencontrons Dieu, au-delà de tout sentiment. Il réalise sa présence en nous, au présent.  Un cœur qui écoute Si je me mets en présence de Dieu, ce n’est pas d’abord pour être bien dans ma peau, mais pour écouter ce que Dieu veut me dire. Cette écoute attentive se résume à un appel à aimer et à me laisser aimer au cœur même...
Lire la suite
  3927 lectures
  0 commentaires

Soif de Jésus, soif de la Samaritaine

Samaritaine 2
Samaritaine 1
Samaritaine 3
Soif Thérèse
Au 3e dimanche de Carême A, l'Église propose un récit qui ne laisse personne indifférent, celui de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine au puits de Jacob (Jn 4, 5-42). Jean est le seul à rapporter cette histoire aux multiples interprétations. J'y vois surtout un enseignement très construit sur la soif de Jésus, "Donne-moi à boire" (Jn 4, 7) et celle de la Samaritaine. La scène se développe en trois étapes : le puits, le mari de la Samaritaine et les croyances des Samaritains. Ce récit est l’histoire d’une rencontre de deux désirs et de deux regards : celui de Jésus et celui de la Samaritaine. Il y a ici un contact qui va toucher le cœur des deux personnages, symbole de ce puits intérieur où nous sommes appelés à y boire l’eau vive. Jésus va révéler à cette femme, malgré les interdits, la vérité profonde qui l’habite. Son regard sur elle-même...
Lire la suite
  5977 lectures
  0 commentaires

Réussir sa vie



Avez-vous réussi dans la vie? Qu’importe, il est toujours temps de réussir votre vie. Dire oui à sa vie, c’est savoir créer du neuf avec les échecs et les limites, les joies et les souffrances. C’est vivre le présent d’une promesse qui engage l’avenir, et, si on est chrétien, lever le front et lutter avec le Christ pour qu'il y ait plus de justice et de paix sur la terre. La foi au Christ apporte une interprétation du monde, un engagement dans la société, une espérance invincible, une confiance au Dieu Père. C'est une exprience à vivre où l'on se sait aimé de toute éterntié. Digne d’être aimé Thérèse de Lisieux a montré que nous sommes dignes d’être aimés malgré et à cause de nos blessures. Il est si facile de se haïr, écrivait Bernanos à la fin du Journal d’un curé de campagne  : « Il est plus facile que l’on...
Lire la suite
  2779 lectures
  0 commentaires

15 octobre: Sainte Thérèse d'Avila



Patronne de la vie spirituelle et de l’Espagne, Thérèse d’Avila est avant tout « fille de l’Église » et « mère des spirituels ». Nous retrouvons cette inscription sur le socle de sa statue dans la basilique Saint-Pierre, à Rome : Mater spiritualium . Pédagogue hors pair, la Madre témoigne de notre vocation commune à vivre une relation d’amour authentique avec Dieu et les autres. Elle a laissé des écrits de feu dans lesquels nous entendons battre son cœur. Le désir de Dieu Thérèse est née le 28 mars 1515 à Avila. Elle est la cinquième d’une famille de petite noblesse qui comprendra douze enfants. Elle rêve d’épopées chevaleresques dans cette vieille Castille peuplée de conquistadors. Huit de ses neuf frères tenteront l’aventure des Amériques. En 1522, elle s’enfuit avec Rodrigo, son aîné de quatre ans, pour combattre au pays des Maures afin d’y trouver le martyre et, par le fait même, de voir Dieu...
Lire la suite
  4105 lectures
  0 commentaires

La petite voie de Thérèse de Lisieux




Thérèse de Lisieux est convaincue que le Seigneur ne peut lui inspirer des désirs irréalisables, elle peut donc malgré sa petitesse aspirer à la sainteté. Comment ? En choisissant une petite voie faite sur mesure pour elle, qui consiste à prendre l’ascenseur de l’amour que sont les bras de Jésus. Elle découvre dans l’Écriture la réponse à sa quête d’amour et de sainteté, la découverte de sa « petite voie », telle que racontée au dernier manuscrit de son Histoire d'une âme . "Je veux chercher le moyen d’aller au Ciel par une petite voie bien droite, bien courte, une petite voie toute nouvelle. Nous sommes dans un siècle d’inventions, maintenant ce n’est plus la peine de gravir les marches d’un escalier, chez les riches un ascenseur le remplace avantageusement. Moi, je voudrais aussi trouver un ascenseur pour m’élever jusqu’à Jésus, car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la...
Lire la suite
  5623 lectures
  0 commentaires

28 août: Saint Augustin



Né en 354 à Tagaste en Algérie, Augustin fait ses études à Carthage où il vit plusieurs aventures amoureuses. Il a un fils en 372, Adéotat, d’une jeune maîtresse à laquelle il reste lié durant quatorze ans. Il enseigne pendant neuf ans à Carthage, puis à Rome et à Milan. Il est déçu et inquiet, cherche le repos en Dieu, comme il l’écrira plus tard dans un livre personnel qui traversera les siècles, Les Confessions : «Tu nous as faits pour toi et notre cœur est sans repos jusqu’à tant qu’il repose en toi.» Augustin cherche Dieu; là est le fondement de son désir. « Louera le Seigneur quiconque le cherche. Qui cherche, en effet, le trouvera et, trouvant, le louera » (Conf. I, 1). Ce désir de chercher et de louer Dieu est un dynamisme intérieur, une libre attraction que tout peut détourner. « C’était toi que je cherchais. Tu étais et au-dedans du...
Lire la suite
  3244 lectures
  0 commentaires

20 août: Saint Bernard




De 1973 à 1977, j'étais novice à l'abbaye cistercienne d'Oka, près de Montréal. C'est là que j'ai découvert saint Bernard et la spiritualité cistercienne. Figure importante de l’Occident chrétien, Bernard de Clairvaux demeure actuel aujourd’hui. Sa doctrine, comme ses actes, reflète les inspirations d’une nature mystique et contemplative, prompte à s’irriter contre tout ce qui peut éloigner de Dieu. Celui qui a donné le véritable envol à l’Ordre cistercien ne dissocie jamais le discours de l’expérience, la théologie de la spiritualité. Pour certains, il est le dernier des Pères de l’Église par sa connaissance amoureuse de la Bible, de la liturgie et de la tradition. L’aventure cistercienne Bernard de Clairvaux est né en 1090 dans une famille noble, au château de Fontaine, près de Dijon. Son père, Tescelin, était le seigneur de Fontaine et chevalier du duc de Bourgogne. Sa mère, dame Aleth de Montbard, sera vénérée comme bienheureuse. Ils...
Lire la suite
  3517 lectures
  0 commentaires

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
22 septembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Le journal Le Figaro et les Presses de la Renaissa...
3906 lectures
Jacques Gauthier
14 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Je suis toujours très touché par ce franciscain po...
3572 lectures
Jacques Gauthier
11 janvier 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
 Depuis ton baptême, Seigneur Jésus,tu nous i...
1981 lectures
Jacques Gauthier
1 décembre 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Assassiné le 1er décembre 1916 devant son ermitage...
3455 lectures
Jacques Gauthier
23 avril 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le poète-journaliste-éditeur Clément Marchand est ...
2644 lectures