Le blogue de Jacques Gauthier

Cliquez sur les onglets de la barre pour voir les mots-clés et le calendrier des articles

Prendre chez soi Marie

Naissance de Marie
  Dieu nous offre Marie comme s’il nous livrait son cœur. À partir de sa nature humaine, un ciel s'est formé sur la terre. Son corps devient la demeure de Dieu, son paradis d’amour. Sa naissance fait lever sur le monde l’aurore du salut, prélude de notre joie. Marie, comme une terre féconde, accueille le souffle de la parole frémissante pour que germe le grain. Son lait et son sang le font grandir. Son accueil délivre la matière conçue de l’Esprit. Avec Joseph, ne craignons pas de prendre chez nous la servante du Seigneur.  Transparente Marie, la sans tache, vierge dans la matière, nous apporte la lumière et la soif. Son oui inaugure l’ère de la nouvelle création. Elle vibre à la lumière du nouveau soleil comme aucune autre personne. Son oui délivre tout un peuple. Nos oui s’ajoutent au sien. La joie du message fait le tour de la terre....
Lire la suite
Notez cet article:
595 lectures
0 commentaires

Revenir à notre coeur d'enfant

Jacques et Sara Ève
Quand mes deux petites-filles sont à la maison, il m’arrive de les emmener au parc. Alors, c’est la fête ! Elles courent partout, sautent, glissent, perdent l’équilibre, se relèvent. On dirait qu’elles oublient le temps qui passe, tandis que leur grand-papa, lui, se fatigue assez vite. Mais en les regardant jouer avec une telle insouciance, je retrouve mon cœur d’enfant et je m’ajuste à leur rythme. Elles m’apprennent l’émerveillement, la joie, la simplicité, le sourire. La gratuité du jeu Dans Regards et jeux dans l’espace , le poète Saint-Denys Garneau écrit : « Un enfant est en train de bâtir un village / C’est une ville, un comté / Et qui sait / Tantôt l’univers ». C’est sérieux un enfant qui joue, il est totalement concentré dans ce qu’il fait, tout occupé à bâtir son univers intérieur. « Joie de jouer! paradis des libertés! », écrit le poète. Que nous soyons enfants ou adultes, le jeu...
Lire la suite
Notez cet article:
796 lectures
0 commentaires

L'expérience ecclésiale de l'adoration eucharistique

P1010014
Avec la solennité du Corps et du Sang du Christ, appelée aussi la Fête-Dieu, nous célébrons notre fête, puisque l’Eucharistie nous introduit dans la vie même de Dieu : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6, 54) C’est l’occasion de rendre un culte au Christ présent dans le pain et le vin consacrés en se donnant des temps d’adoration devant le Saint Sacrement, ce « pain vivant » descendu du ciel. Je ne m’en cache pas, je suis un fan de l’adoration eucharistique, et je ne suis pas le seul. J’en témoigne dans mon Guide pratique de la prière chrétienne . Je me sens chez moi près du tabernacle, parce que l’Eucharistie est le trésor de l’Église, donc le mien aussi. Je vis cette présence du Christ eucharistique comme une absence ardente, puisque je...
Lire la suite
Notez cet article:
1847 lectures
0 commentaires

Prière après l'Ascension

Le soleil s’est levé du froid tombeau de pierre, la vie est apparue à l’aube de Pâques, jour de fête et de joie. Exultons depuis la nuée : Christ, tu es monté aux cieux, inonde-nous de ta lumière.   L’amour est redonné à la fraction du pain, l’avenir dans nos mains pour la vie du monde. Béni soit le Premier-né qui endosse notre passé : Christ, tu es assis à la droite du Père, envoie sur nous la force de ton Esprit.   Allons sur les chemins au-devant du Vivant qui a vaincu la mort, libéré nos corps. Que nos cœurs s’unissent dans ce printemps glorieux : Christ, tu es toujours avec nous, aide-nous à demeurer dans ton amour.   Ma prière est parue dans le  Prions en Église Canada , 1er juin 2014, p. 33. Voir également Prières de toutes les saisons .
Notez cet article:
2104 lectures
0 commentaires

2 février: La fête des lumières

Présentation Jésus au Temple
Syméon
Déjà quarante jours que Jésus est né. En Juifs pieux, Marie et Joseph vont au temple pour accomplir la loi de Moïse : la purification de la mère et la consécration à Dieu de tout premier-né mâle. Les parents s’avancent dans le temple et offrent au prêtre deux tourterelles, ou bien est-ce deux jeunes colombes? Le prêtre accueille l’humble offrande, fait sur la jeune mère le rite d’absolution, consacre l’enfant. Dieu en son Fils se soumet à la Loi pour nous en délivrer et faire de nous ses enfants bien-aimés. Ainsi s’achève la première procession de la nouvelle Alliance. Les temps sont accomplis. La rencontre de la lumière Soudain, surgit un homme de l’ancienne Alliance qui attend depuis longtemps la Consolation d’Israël, un veilleur des temps nouveaux qui va enfin voir l’aube, un juste poussé par l’Esprit Saint qui va basculer dans une autre histoire. Le vieux Syméon nous représente...
Lire la suite
Notez cet article:
2719 lectures
0 commentaires

La bénédiction du Jour de l'an

Mon pre
La liturgie nous présente toujours ce texte au début d'une nouvelle année: « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi » (Nombres 6, 24-25). Bénir signifie vouloir du bien, souhaiter ce qu’il y a de meilleur, transmettre la lumière, faire grandir. La prière de bénédiction est au cœur de la tradition juive. Rien de magique là-dedans. La bénédiction est une parole qui a du poids, parce qu’elle rend léger ; parole qui engage et qui nous rapproche des autres. Prenons l’exemple de la bénédiction du Jour de l’an qui était très populaire au Québec. Cette tradition se perd de plus en plus dans nos sociétés sécularisées. Dommage, car nous avons besoin de rites qui expriment le sacré. La bénédiction du Premier de l’an est une liturgie familiale célébrée dans cette petite église domestique qu’est...
Lire la suite
Notez cet article:
9509 lectures
0 commentaires

La joie en toi

Joie Prodigue
  La joie m'attend au carrefour. Elle est déjà assise dans mon silence. Seule sa manière de se révéler change ma façon de voir. Les bornes sont inutiles, les haltes sont dépassées. La fête de la joie ranime la braise de mes amours humains. Joie faite de rien, aiguisant mes sens spirituels. Joie qui me repose de ce que j’ignorais de moi. Joie qui demande l’abandon à la présence, non à la passivité. Joie de chanter le ciel donné. "J'ai arrêté de compter les étoiles quand j'ai compris que le ciel ne m'appartenant pas, on ne pouvait donc pas me le dérober" (Dany Laferrière,  L'art presque perdu de ne rien faire ). La joie est fille de l'Avent: on l'attend, on l'accueille. Il suffit d'être. Elle chasse les "ismes": le défaitisme, le négativisme, le relativisme. Le cœur voudrait tant exploser de joie, malgré les naufrages possibles. Vienne la neige dans l’espace,...
Lire la suite
Notez cet article:
2067 lectures
0 commentaires

La joyeuse humilité de l'Avent



Nous avons besoin de rêves, de poésie, de rites, de fêtes. C'est ce que donne le temps de l'avent qui marque le début d'une nouvelle année du cycle liturgique qui culmine à Pâques. Ce cycle n'enferme pas les croyants sur eux-mêmes, mais les entraîne comme une spirale dans la rencontre et le retour de leur Seigneur Jésus Christ. Promesse de bonheur L'avent, ce sont quatre semaines d'air frais avant Noël pour éviter de sombrer dans les flots du matérialisme. C’est le temps liturgique que je préfère. Ma prière, faite de désir, d’attente et d’espérance, trouve chaussure à ses pieds. En faisant mémoire de l'antique Parole, mon silence se trouve épousé et l'espérance se transmet à même la mémoire de mes pères et mères dans la foi : « Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur » (Jérémie 33, 14). Trois grandes figures bibliques traversent l'Avent comme des...
Lire la suite
Notez cet article:
1841 lectures
0 commentaires

Qui est saint Jean Baptiste?




Le 24 juin est une journée fériée au Québec. La Saint-Jean-Baptiste est devenue la fête nationale des Québécois en 1977. On a tenté de remplacer le nom par fête nationale, mais c’est toujours la Saint-Jean dans le coeur des gens, comme quoi on n’élimine pas facilement le passé. Cette fête est d’abord d’origine païenne; on allumait des grands feux pour célébrer le solstice d’été. Elle fut ensuite récupérée par l’Église en l’associant à la naissance de Jean Baptiste, le précurseur du Christ, lumière du monde, dont on fête la naissance six mois plus tard à Noël. Dès le VI e siècle, on soulignait la naissance du Baptiste en allumant des feux de joie, appelés « les feux de la Saint-Jean », bénis par le clergé.   Si saint Joseph est le patron du Canada, saint Jean Baptiste est le patron spécial des Canadiens-français. La fête de la Saint-Jean n’est pas seulement pour...
Lire la suite
Notez cet article:
5480 lectures
0 commentaires

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
25 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
À la fin d'une conférence sur la prière, un jeune ...
2899 lectures
Jacques Gauthier
3 octobre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
François d’Assise fait l’unanimité autour de lui. ...
2223 lectures
Jacques Gauthier
25 novembre 2012
Le blogue de Jacques Gauthier
         Dans Le Devoir d...
6012 lectures
Jacques Gauthier
19 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Peut-on comprendre l'Église sans la foi? Je me fai...
2482 lectures
Jacques Gauthier
1 février 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Qui n'a pas prié au moins une fois dans sa vie? La...
5784 lectures