Dégel en noir et blanc

Degel-en-noir-et-blanc
Dégel en noir et blanc
, Trois-Rivières, Éditons du Bien Public, 52 pages, 

 

Un des premiers lecteurs de l'oeuvre a pu dire: parole poétique qui nous entraîne sur les routes oniriques, avec ce langage charnu et sonore qui nous fait entrer dans le paysage mental du poète.

Poésie pleine de vigueur, de senteurs, de formes dans laquelle passe le mouvement même de la vie.

La poésie de Jacques Gauthier se nourrit d'un dialogue intérieur entre la terre et lui, ensemencée qu'elle est par une communion totale entre le poète et son pays.

 

Un poème

À Clément Marchand

 

Et j'y entends la semence

Croître au-dessus de mes rêves

 

Je demande à pleine voix

Toute la part de lumière

Pour la donner à mes frères

 

Je porte dans ma besace

L'énergie des grands barrages

 

Je me lève avec le blé

 

LA PRESSE EN PARLE

On entre dans la poésie de Jacques Gauthier et l'on demeure stupéfait devant une si grande effusion religieuse. Tout ce que voit et touche le poète se colore d'une pigmentation divine qui illumine son ciel et lui donne les clés d'un savoir fondé sur l'expérience mystique et l'apprentissage des "règles d'or" inscrites dans les textes sacrés. Dans son projet de concilier la vie spirituelle et la poésie, il néglige trop souvent cette dernière au profit d'un excès dans le sens d'une béatitude se rapprochant d'une écriture hiératique.

Roger Chamberland. Université Laval, Livres et auteurs québécois 1979, PUL, 1980.

 

Sa poésie témoigne d'un dépassement, d'une fascination, d'une phosphorescence par lesquels les attributs développés de tout être ne s'échelonnent plus le long des pages mais précèdent temporellement ce jaillissement triomphateur d'une adhésion plutôt émouvante et sereine et cristalline.

Marc Gariépy, "Jacques Gauthier, silence et prière", Le Nouvelliste, 15 août 1979.

 

Poésie pleine de vigueur, de senteurs, de formes, dans laquelle passe le mouvement même de la vie, symbolisé par ce dégel. La poésie de Jacques Gauthier se nourrit, comme il le dit lui-même, d'un dialogue entre la terre et lui, et quand l'âme se réveille, c'est comme la "crue baignant les terres offertes et ouvertes à la semence". Voilà le mot clé "semence". Cette poésie ensemencée, parce qu'elle est elle-même, ensemencée par cette communion totale entre le poète et son pays.

Lettre des Éditions Saint-Germain-des-Prés, Paris, 30 mai 1978.

 

 

Ce livre est épuisé. Disponible peut-être dans les bibliothèques.