L'oraison des saisons

Loraison-des-saisons
L'oraison des saisons
, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 64 pages, 1978.

 

Les saisons jaillissent du silence et tendent sans cesse à y retourner. Elles sont en oraison féconde. Elles dansent autour d'une Présence qui est le point premier, le centre où elles convergent comme dans une spirale insondable.

Le lecteur doit accueillir ce silence, porteur de Présence en écoutant lui-même la Source qui court dans les veines des saisons. Pour ce faire, il doit être silence avec les saisons. Ainsi ils ne font qu'un dans l'immense cathédrale du pays où se célèbre la liturgie de la beauté.

Ici la mort a le goût de vivre et toujours la vie renaît puisque le courant vient d'ailleurs. L'oraison des saisons est un cri d'amour. La sève de ce cri chante l'éternité. C'est pourquoi l'homme doit l'entendre. 

 

 

 

LA PRESSE EN PARLE

Cet auteur fait preuve d'un souffle évident alimenté par un feu intérieur intense et une soif de communiquer.

René Lord, "Jacques Gauthier associe la poésie à la vie spirituelle", Le Nouvelliste, 20 janvier 1979.

 

Dans sa nudité la plus complète et sa pauvreté la plus grande, cette poésie est un hymne. Percevons-le comme tel et le lire sera participer à ce concert si suranné que, bien humblement, chaque lecteur pourra s'interroger sur lui-même et sur cette vie magnifique où la vie est plus qu'humaine parce qu'elle s'accorde à la divinité qui est en nous.

Marc Gariépy, "Jacques Gauthier, silence et prière", Le Nouvelliste, 15 août 1979.

 

Âme très intérieure, il écrit une poésie profonde et difficile. Il constate: "un instant me suit noyé dans l'écume des mots". C'est vrai! Mais l'auteur possède ce don de second regard qui fait les vrais poètes.

Claude LaVergne, Revue Sainte Anne, juillet-août 1979.

 

 

Ce livre est épuisé, peut-être le trouverez-vous dans des bibliothèques.