16 octobre: Sainte Marguerite-Marie Alacoque

La vie de Marguerite-Marie Alacoque est une histoire de cœur. Tout commence à Paray-le-Monial, en ce grand siècle de la spiritualité qu’on a appelée l’École française, qui voit défiler les François de Sales, Jeanne de Chantal, Bérulle, Olier, Vincent de Paul, Jean Eudes. Jésus se choisit une jeune religieuse, de l’ordre de la Visitation, pour révéler au monde et dans l’Église l’amour brûlant de son cœur. Jésus la nomme « la disciple bien-aimée de mon sacré Cœur ». 

Sainte Marguerite Marie

Accueillir l’amour

Philiberte Lamyn et Claude Alacoque, juge et notaire dans le Charolais, en Bourgogne, ont trois garçons quand vient au monde, le 22 juillet 1647, Marguerite. L’enfant vivra une petite enfance heureuse. Vers l’âge de quatre ou cinq ans, elle fait un séjour prolongé chez sa marraine. Elle y entend parler de vie consacrée à Dieu et de vœux religieux. Prévenue par la grâce, elle prononce ces paroles qui marqueront sa vie : « Ô mon Dieu, je vous consacre ma pureté et je vous fais vœu de perpétuelle chasteté. » Elle sent que Jésus la veut pour lui seul. Plus tard, Jésus lui dira : « Je t’ai choisie pour mon épouse, nous nous sommes promis la fidélité lorsque tu m’as fait le vœu de chasteté, que je t’ai inspiré avant que le monde eût part en ton cœur. »

La souffrance entre dans sa vie lorsqu’elle perd son père à huit ans. Mise en pension chez les Clarisses de Charolles, Marguerite n’y reste que deux ans, en raison d’une maladie qui la gardera paralysée pendant quatre ans. Pour soulager ses maux, l’enfant promet à Marie de se faire un jour religieuse si elle recouvre la santé. La guérison arrive et sa piété mariale se raffermit. Mais elle passe plusieurs années partagée entre les plaisirs du monde et l’appel à la vie religieuse. Le Seigneur instruit l’adolescente dans son cœur et forme sa messagère qui est d’humeur expansive et aimante, malgré les mauvais traitements de ses tantes. 

Répondre à l’amour

Marguerite a maintenant dix-huit ans et elle aime toujours les bijoux, les fêtes et les danses. Ses proches pensent la marier. Mais elle sent que Dieu la presse sur son cœur, alors elle pleure et lui demande pardon de ses frivolités, mais elle recommence dès le lendemain. Après six années de lutte, elle entre finalement à la Visitation Sainte-Marie de Paray-le-Monial. Une voix intérieure confirme son choix : « C’est là que je te veux. » Son premier souci est de demander à sa maîtresse des novices de lui apprendre à faire oraison. La mère lui répond : « Allez vous mettre devant Notre-Seigneur présent dans le tabernacle, et dites-Lui que vous voulez être devant Lui comme une toile d’attente devant un peintre. » La jeune postulante ne comprend pas, mais obéit. Jésus lui explique intérieurement : « Cette toile d’attente, c’est ton âme. Je veux y peindre les traits de ma vie qui s’est écoulée dans l’amour et la privation, dans l’occupation et le silence. »

Marguerite, qui a ajouté à son prénom celui de Marie, fait profession religieuse le 6 novembre 1672, à l’âge de vingt-cinq ans. On lui confie la fonction d’aide-soignante à l’infirmerie. Jésus lui découvre « les merveilles de son amour ». Un jour, il lui dit : « Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes, et pour toi en particulier, que ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande par ton moyen, et qu’il se manifeste à eux. » 

L’échange d’amour

Marguerite-Marie relate dans son autobiographie cet échange intime avec le cœur de Jésus, symbole de sa miséricorde. 

Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son sacré Cœur, qu’il m’avait toujours tenus cachés, jusqu’à alors qu’il me l’ouvrit pour la première fois. Mais d’une manière si effective et sensible qu’il ne me laissa aucun lieu d’en douter, par les effets que cette grâce produisit en moi, qui crains pourtant toujours de me tromper en tout ce que je dis se passer en moi.

Vient alors la grande révélation de juin 1675, un jour où la jeune visitandine adore le Saint Sacrement. Jésus lui dit :

Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais ce qui m’est encore le plus sensible est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi.

Se consacrer à l’amour

La manifestation de cet amour divin s’appelle « miséricorde ». Jésus demande que le vendredi suivant l’octave de la fête du Saint-Sacrement soit dédié à honorer son Cœur. Sa messagère s’emploiera à l’instauration de cette fête publique. Puis naîtra la pratique des premiers vendredis du mois et de l’heure sainte, suite à une confidence de Jésus : « J’ai soif, mais d’une soif si ardente d’être aimé des hommes au saint Sacrement, que cette soif me consomme; et je ne trouve personne qui s’efforce, selon mon désir, pour me désaltérer, en rendant quelque retour à mon amour. » 

Marguerite-Marie étanchera cette soif de Jésus en se consacrant à son amour par le don de sa vie. Les grâces extraordinaires qu’elle reçoit sont accompagnées des humiliations de ses sœurs, des incompréhensions de ses supérieures, des souffrances physiques et spirituelles, qui la font communier intimement à la passion du Christ. Sa mission est authentifiée par son directeur spirituel, le jésuite Claude La Colombière, qui la soutient et la guide. Lui-même vivra et mourra en ardent apôtre du Cœur de Jésus. Il sera canonisé le 31 mai 1992.

En 1684, sœur Marguerite-Marie est nommée assistante de la communauté et maîtresse des novices. Épuisée par la maladie, elle a tout fait pour transmettre à l’Église les messages du Cœur de Jésus, cette « science d’amour », selon l’expression de Jésus lui-même à sa messagère. Elle a accueilli la soif de Jésus, elle a répondu à son amour « qui surpasse toute connaissance » et s’est consacrée à ce Cœur adorable par le sacrifice de sa vie. Le 17 octobre 1690, elle meurt en prononçant le nom qui résume sa vie : « Jésus ». Un siècle et demi plus tard, l’Église étendra au monde la fête du Sacré-Cœur. Le 13 mai 1920, elle canonise celle qui a fait de Paray-le-Monial un haut lieu spirituel du mystère de l’amour divin. L’Église la fête le 16 octobre, à cause de la fête de saint Ignace d’Antioche, célébrée le 17. Au Canada, c'est le 20 octobre, car le 16 octobre c'est aussi la fête de la québécoise sainte Marguerite d'Youville.

Extrait de la nouvelle édition: Les saints, ces fous admirables, Novalis-Béatitudes, 2018, p. 284-287.
Lire également cet article du blog: École de prière (31): Le Coeur de Jésus.

Un poète et ses psaumes
(École de prière 72) Méditation de pleine conscien...

Sur le même sujet:

 

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
31 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
La vie d’Ignace de Loyola apparaît comme une longu...
4159 lectures
Jacques Gauthier
26 juin 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Saint Paul exhortait régulièrement les premiers ch...
3052 lectures
Jacques Gauthier
2 juillet 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Je suis branché sur Facebook et Twitter, mais ce n...
2935 lectures
Jacques Gauthier
14 janvier 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Même si Dieu est incompréhensible de nature, les m...
3980 lectures
Jacques Gauthier
26 mai 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le Père s’est compromis en son Fils qui a partagé ...
3372 lectures