By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.jacquesgauthier.com/

Dieu est beau

Dieu n’est pas seulement le « Bon Dieu » qui se donne à chaque instant, mais aussi le « Beau Dieu » que le cœur aime et qui éclaire toute chose. « À travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur » (Sagesse 13, 5).

La beauté de la nature

La nature nous révèle quelque chose de la beauté de Dieu et nous unit à lui, témoigne la bienheureuse Dina Bélanger dans son Autobiographie.

« La nature avec ses beautés et ses richesses variées : crépuscules, clairs de lune, plantes, fleurs, fruits, ruisseaux, rivières, papillons, chants d'oiseaux, etc. me jetaient dans une sorte d'extase. La tiède haleine des vents, le murmure jaseur des feuilles, le grand silence du soir, le sourire des étoiles m'enivraient. Cette rêverie était, à mon insu, une méditation pieuse. Elle allait devenir de plus en plus profonde, s'appeler bientôt une contemplation, me rendre muette et même inconsciente d'admiration, m'enflammer de reconnaissance et d'amour envers l'Infini, me consumer du désir de le posséder, lui, Beauté idéale. » (Cité dans mon livre, Je donnerai de la joie. Entretiens avec Dina Bélanger. Novalis / L’Emmanuel).

François Cheng, membre de l’Académie française, nous partage aussi son expérience de la beauté dans son livre intitulé Cinq méditations sur la beauté (Albin Michel). Il évoque celle-ci comme une vie ouverte, une joie offerte, un amour transcendant qui relève de l’être et non de l’avoir. Nous ne pouvons qu’accueillir la beauté comme un don et une grâce, car la beauté appelle la bonté, nous dit Cheng. « La bonté est garante de la qualité de la beauté ; la beauté irradie la bonté et la rend désirable ». 

La beauté rédemptrice

Nous faisons tous l’expérience de la beauté, et du mal aussi. En créant le monde, Dieu nous a donné une idée de sa beauté. Il n’a pas créé le mal, même si celui-ci cohabite avec la beauté. Ces deux mystères de la beauté et du mal traversent notre existence. Il me revient en mémoire la phrase de Dostoïevski : « La beauté sauvera le monde ». 

Cette beauté rédemptrice, n’est-ce pas la figure du Christ ? Admirable échange où le Père se manifeste dans le visage de son Fils à Noël pour mieux se refléter dans tous les visages humains. La beauté est un appel, un avènement, une épiphanie, comme une résonance divine en l’âme, que l’art peut révéler.

Art Jesus  

Présence de l’art

L’art, lieu d’expression de la nature profonde de l’être, peut mener à une intelligence de la beauté du mystère de Dieu, en lien avec notre propre mystère. Des thèmes comme l’absolu, l’attente, l’inconnu, la quête, nous révèlent quelque chose de cette tentative de dire Dieu. Nous le saisissons à tâtons, au sein d’une nuit plus lumineuse que le jour, au cœur de ténèbres plus éblouissantes que toute lumière. Pensons aux Hymnes à la nuit de Novalis, aux Pèlerins d’Emmaüs de Rembrandt, aux Nocturnes de Chopin. Ces œuvres existent en elles-mêmes et témoignent d’une vérité qui est de l’ordre du sacré. Des livres, des tableaux, des œuvres musicales donnent à voir au-delà de toute vision. Elles conduisent à un silence plus éloquent que tout discours eti permettent un contact avec l’invisible présence au-dedans de nous.

Nous habitons ce monde, malheureusement de plus en plus pollué, avec une certaine inquiétude, conscients de la précarité humaine et de la fragilité des êtres. Tout est poésie et musique pour quiconque accepte d’être ébranlé devant la beauté qui est « la splendeur du vrai » (Platon). Cet amour de la création peut conduire à l’amour de son Créateur, qui continue à créer à travers nous. La puissance d’aimer et de créer ne vient-elle pas de lui ? N’est-ce pas là une manière de le rencontrer et de lui rendre hommage, jour et nuit, comme nous y invite la poète Marie Noël (1883-1967) ?

Mon Dieu, source sans fond de la douceur humaine,
Je laisse en m'endormant couler mon coeur en vous,
Comme un vase tombé dans l'eau de la fontaine
Et que vous remplissez de vous-même sans nous. 
 
Publié en partie dans Prions en Église Canada, 19 janvier 2020, p. 35-36.
 
Pour aller plus loin: Petit dictionnaire de Dieu (Novalis); Un souffle de fin silence (Noroît).
École de prière (82) L'humble prière
Saint frère André de l'Oratoire du Mont-Royal

Sur le même sujet:

 

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
23 décembre 2018
Le blogue de Jacques Gauthier
Dieu est un mystère aveuglant, incompréhensible, n...
1742 lectures
Jacques Gauthier
9 mai 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
La foi, en général, est bienfaisante pour tous. No...
4924 lectures
Jacques Gauthier
13 septembre 2017
Le blogue de Jacques Gauthier
 En Jésus, Dieu se donne lui-même en sacrific...
3156 lectures
Jacques Gauthier
19 septembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Il y a dix jours, le ministre Bernard Drainville p...
3277 lectures
Jacques Gauthier
23 octobre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Surprise totale! À deux jours d'intervalle et dans...
4106 lectures