École de prière (68) Le combat spirituel

Dans Une saison en enfer, Rimbaud écrit que « le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d’hommes ». Or, s’il est un lieu privilégié où se déroule ce combat spirituel, c’est bien l’oraison, appelée aussi prière contemplative ou prière de silence. Que de chrétiens la commencent avec enthousiasme et l’abandonnent en cours de route. Y a-t-il plus d’anciens combattants que de jeunes recrues pour cette forme de prière intérieure ? Ne nous décourageons pas, nous pouvons toujours reprendre les armes si nous le voulons, car c’est avant tout une question de désir, de volonté, d’amour, de foi. L’oraison n’est pas une guerre pour surperhéros, elle est au plus un combat spirituel pour les pauvres que nous sommes. 

Priere main

Je veux ce que tu veux

Le père Henri Caffarel (1903-1996) a montré dans ses nombreux livres que l’oraison est une orientation libre de tout notre être vers Dieu. « Seigneur, je veux de cette oraison ce que tu en veux ». Cet acte lucide de vouloir ce que Dieu veut dépasse les sensations, les sentiments, les distractions, les images, les idées que nous pouvons éprouver en priant.  

Dans Cinq soirées sur la prière intérieure, il écrit : « Mais alors si l’essentiel de l’oraison ne réside ni dans la stabilité de l’attention, ni dans le « je sens », ni dans le « je pense », où le trouver ? Dans le « je veux », l’adhésion de ma volonté à la volonté de Dieu. Ce qui revient à dire que l’oraison n’est pas affaire d’attention, ni de sensibilité, ni d’activité intellectuelle. Elle consiste en cette orientation que j’imprime volontairement à mon cœur profond. »

Ce « je veux », moteur du voyage intérieur avec le Christ qu’est l’oraison, devient le « pilote automatique », expression chère au père Caffarel, qu’il appelle aussi « intention ». L’intention de se livrer sans réserve à l’amour de Dieu dans l’oraison commande tout le parcours, même si l’attention à Dieu n’y est pas toujours. L’intention vient de nous et nous engage à continuer à prier, l’attention à Dieu est une grâce qui nous conduit à goûter son silence d’amour. Dieu combat en nous par son Esprit, nous n’avons qu’à lui dire : « Je veux être tout à toi ». 

Laisser Dieu triompher en nous

Si l’oraison relève de la volonté, elle est de l’ordre du combat spirituel, comme Jacob avec l’ange, où nous laissons Dieu triompher en nous. Être seul devant Dieu pour se recentrer en lui, cela ne va pas de soi. Il ne s’agit pas tant de « lâcher-prise » - comme un effort illusoire de notre part -, mais de s’abandonner à Dieu en nous, nous recentrer sur sa présence aimante. 

Saint Nicolas de Flüe disait : « Il peut se faire qu'on aille à la prière comme à la danse, il peut se faire qu'on aille à la prière comme au combat ». L’important est d’y aller, et de durer, sans faire de grands efforts, si ce n’est de laisser Dieu vaincre nos résistances en misant sur nos faiblesses. « Ma faiblesse, c’est ma force », disait saint Paul.  

Nous ne pouvons persévérer dans la prière que par l’ardeur d’un amour humble et confiant qui attend tout de Dieu. Si nous l’aimons vraiment, nous prierons. S’il fait partie de notre vie, nous mènerons le combat de la prière avec la force de notre foi, la vigueur de notre espérance et la ferveur de notre amour. Nous avons à combattre la lourdeur, la paresse, l’ennui, la routine, par la puissance de la Parole de Dieu qui soutient notre prière. 

L’oraison se nourrit à la méditation de la parole de Dieu, surtout l’Évangile, lieu privilégié de la rencontre du Christ. Plus nous méditons l’Évangile, plus Dieu incline notre volonté à la prière profonde. Sa parole épouse toujours notre silence, même s’il est inquiet et tapageur. « Cherchez en lisant, et vous trouverez en méditant ; frappez en priant, et il vous sera ouvert par la contemplation » (Catéchisme de l’Église catholique, no 2654).

Nous avons aussi à lutter contre cette vague impression que nous perdons notre temps dans la prière, que nous ne savons pas quoi dire et quoi faire lorsque les distractions nous talonnent. Nous avons à combattre cette tentation qu’il ne se passe rien lorsque nous prions, que Dieu n’entend pas nos prières, qu’il ne nous exauce pas.

Dieu est toujours là, près de nous, présent en nous. Acceptons cette présence avec confiance et offrons-nous à son amour. Notre prière lui appartient. C’est un don que nous lui rendons jour après jour. Il ne veut que la fidélité dans la prière. « Le juste vivra par sa fidélité » (Habaquq 2, 4). C’est le grand combat à livrer, nous y arrivons en nous appuyant sur la fidélité de Dieu. 

Communier au Christ

Prier n’est pas faire le vide, c’est communier au Christ. Celui ou celle qui prie mène à sa manière le combat du Christ au désert, où, pendant quarante jours, il a été tenté par le diable. Il a lutté aussi à Gethsémani lorsqu’il a repoussé l’extrême tentation en acceptant jusqu’au bout la volonté du Père. Le priant est habité par la détresse du monde, il lutte avec le Christ pour intercéder auprès du Père. L’oraison est l’arme efficace pour lutter contre le mal, l’orgueil, l’égoïsme, la haine, la violence.

Le pape François à montré dans son exhortation Gaudete et Exsultate, sur l'appel à la sainteté dans le monde actuel, que la vie chrétienne est un combat permanent. "Il faut de la force et du courage pour résister aux tentations du diable et annoncer l’Evangile. Cette lutte est très belle, car elle nous permet de célébrer chaque fois le Seigneur vainqueur dans notre vie." (no 158) Pour lutter contre le démon, qui n'est pas un mythe, écrit le pape, nous avons les armes puissantes que le Seigneur nous donne : "la foi qui s’exprime dans la prière, la méditation de la parole de Dieu, la célébration de la Messe, l’adoration eucharistique, la réconciliation sacramentelle, les œuvres de charité, la vie communautaire et l’engagement missionnaire." (no 162)

L’oraison est une arme puissante pour progresser sur le chemin de la sainteté. Elle varie selon les jours, mais celle que nous vivons aujourd’hui est celle qui nous convient, puisque c’est le Christ qui nous la donne au moment présent. Ressuscité, il est toujours là, nous partageant sa paix comme à ses apôtres. Il nous donne l'Esprit Saint pour accomplir en nous sa victoire finale.

Article paru, en partie, dans Le Verbe, Québec, avril 2018.

Pour aller plus loin: Henri Caffarel, maître d'oraison (Cerf); La prière chrétienne, guide pratique (Presses de la Renaissance).
Lire aussi mon article sur l'exhortation du pape François, Gaudete et Exsultate. 

École de prière (69) Découvrir son coeur
Recension du livre sur le père Henri Caffarel

Sur le même sujet:

 

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
24 janvier 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Et si Paul de Tarse se présentait lui-même en ce 2...
2795 lectures
Jacques Gauthier
28 mai 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Le Christ ressuscité a donné rendez-vous aux onze ...
2414 lectures
Jacques Gauthier
3 octobre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
François d’Assise fait l’unanimité autour de lui. ...
2868 lectures
Jacques Gauthier
7 juin 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le coeur est vu comme le symbole de l’amour, le li...
3667 lectures
Jacques Gauthier
14 août 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Je suis toujours très touché par ce franciscain po...
5352 lectures