La consécration à Jésus par Marie

À la fin de son traité L’Amour de la Sagesse éternelle, Louis-Marie Grignion de Montfort propose sa prière de consécration à Jésus par Marie sous le titre : Consécration de soi-même à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, par les mains de Marie. Il montre la nécessité et les caractéristiques de la dévotion à la Vierge Marie dans son célèbre Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, qu’il a probablement rédigé vers 1712. Le manuscrit a été découvert dans un coffre de la maison-mère des Montfortains en 1842. Il connaîtra un immense succès au 20siècle et inspirera d’une façon particulière Jean-Paul II. 

Canonisé en 1947, Grignon de Montfort reprend dans ce traité ce qu’il prêchait dans ses missions : Jésus Christ est la fin de toutes les dévotions, mais pour aller à lui, le moyen le plus sûr est d’établir une solide dévotion à sa mère. « C’est par la Très Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde, et c’est aussi par elle qu’il doit régner dans le monde » (no 1). Il poursuit plus loin : « Quand Marie a jeté ses racines dans une âme, elle y produit des merveilles de grâces qu’elle seule peut produire parce qu’elle est seule la Vierge féconde qui n’a jamais eu ni n’aura jamais sa semblable en pureté et en fécondité (no 35).

Son petit livre Le Secret de Marie, connu lui aussi à travers le monde, est un condensé de son Traité de la vraie dévotion. Il commence par montrer que pour devenir saint les moyens ne manquent pas : « l’humilité du cœur, l’oraison continuelle, la mortification universelle, l’abandon à la divine Providence, la conformité à la volonté de Dieu » (no 4). Mais pour pratiquer tous ces moyens de salut, la grâce de Dieu est nécessaire; et pour trouver la grâce, il faut trouver Marie. Montfort affirme qu’en accueillant Marie dans notre vie, le Christ se forme en nous. Le secret est donc d’être tout à Marie qui est « le grand moule de Dieu ». Comment ? En se consacrant tout entier à Jésus par Marie, en faisant toute chose en Marie, avec Marie et pour Marie. Elle devient ainsi notre espace vital, notre air bienfaisant, notre lieu de prédilection où il fait bon vivre, respirer, aimer. 

Marie et Montfort

Marie toute relative à Dieu

Il est important de comprendre que Marie est toute relative à Dieu. Bérulle a montré que sa maternité divine est liée à la paternité divine, puisque le Père engendre éternellement le Verbe. Montfort, loin d’être un « mariolâtre », montre que Marie n’est rien devant Dieu. Il ancre toujours sa doctrine mariale dans une perspective trinitaire et christologique.

« J’avoue, avec toute l’Église, que Marie n’étant qu’une pure créature sortie des mains du Très-Haut, comparée à sa Majesté infinie, est moindre qu’un atome, ou plutôt n’est rien du tout, puisqu’il est seul « Celui qui est » (Ex 3, 14), et que, par conséquent, ce grand Seigneur, toujours indépendant et suffisant à lui-même, n’a pas eu ni n’a pas encore absolument besoin de la Très Sainte Vierge pour l’accomplissement de ses volontés et pour la manifestation de sa gloire. Il n’a qu’à vouloir pour tout faire. » (Traité de la vraie dévotion à Marie, no 14)

L’apôtre marial invite les baptisés à demeurer en Marie par ce qu’il appelle le « Saint Esclavage ». Il s’agit d’un esclavage d’amour, fruit de notre liberté, où l’on se donne en toute confiance à Dieu pour être encore plus libre dans l’amour. Il n’en demeure pas moins que ce mot « esclavage » heurte nos sensibilités. Les saints sont enracinés dans leur époque; ils utilisent des mots de leur temps pour dire leur expérience, tout en donnant à ces mots un sens profond. Certains mots vieillissent mal. En employant le terme « esclave », Louis-Marie veut nous dire ceci : laissez-vous envahir par l’amour de Dieu qui veut tout consumer en vous, un amour qui respecte votre liberté, qui s’abaisse pour vous transformer et qui demande votre « oui ».

Renouvellement de notre baptême

Théologiquement, on ne se consacre pas à Marie, mais à Jésus, à Dieu. Le terme est le Christ. La consécration s’adresse à « Jésus par Marie » ou à « Dieu par Marie », Montfort utilise les deux formules. Quand il dit qu’on se donne à Marie, c’est toujours à Jésus par Marie. Les deux sont inséparables. Jésus désire que nous aimions sa mère comme il l'aime, puisqu'il nous l'a donnée pour mère à la croix. C'est par le coeur immaculé de sa mère que nous pouvons mieux pénétrer les secrets d'amour de sacré coeur.

Les effets de la dévotion à Marie et de la consécration à Jésus par Marie sont multiples : meilleure connaissance de soi et de Dieu, plus grand amour de Jésus et de Marie, participation à la foi de Marie qui conduit à Jésus, grande confiance en Dieu et en Marie, l’Esprit Saint communique à l’âme les sentiments de Marie, transformation de l’âme en Marie à l’image de Jésus. 

Cette démarche de la consécration à Jésus par Marie prend sa source dans le baptême. En nous donnant à Jésus par Marie, nous reconnaissons notre appartenance à Dieu qui est inscrite dans notre baptême. Pour Montfort, l’acte de consécration à Jésus par Marie est une invitation à renouveler les promesses de notre baptême pour en vivre toutes les exigences. La sainteté, c’est vivre le baptême reçu en nous unissant chaque jour au Christ par Marie, « afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici », comme l’écrit Montfort.  

Marie est la nouvelle Ève qui est à côté du nouvel Adam pour nous le donner. Elle n’est pas une mère possessive qui garde son enfant pour elle-même, mais la femme qui coopère à l’œuvre du Christ dans le monde. Plus on accueille Marie dans notre vie, même si on ne ressent rien, plus notre amour du Christ grandit. Elle nous fait grandir dans notre vocation d’enfant de Dieu, nous aide à croître dans la vie intérieure.

Pour bien se préparer à se consacrer « à Jésus Christ, la Sagesse éternelle, par les mains de Marie », le Père de Montfort propose 33 jours de pratiques dans son Traité de la vraie dévotion. Il se peut que l’on ne sente pas prêt à nous donner « corps et âme » à Marie, à lui livrer « tout ce qui m’appartient sans exception », comme nous y invite Montfort. À ce moment-là, on peut lui donner un aspect de notre vie spirituelle ou matérielle, comme notre manque de patience, tels défaut ou limite. Nous rappelons à Marie chaque jour cette intention particulière en disant par exemple une dizaine de chapelet. Un jour, on sera capable de tout donner à Marie, pour être plus uni à Jésus. 

La consécration à Jésus par Marie est un moyen puissant pour devenir d’authentiques disciples du Christ. Marie dirige nos désirs et nos actions vers son fils pour qu'il les transforme à la gloire du Père. En vivant avec elle l’aventure de la foi, dans l'action et la contemplation, le Christ s’enfante en nous et nous l’aidons à naître chez les autres. Elle prend notre vie et l'offre au Christ pour qu'il voit sa mère en nous.

La prière de consécration

Chaque matin, à la fin de mon temps d'oraison, je prends ce paragraphe de l'acte de consécration à Jésus par Marie, tel qu’il se trouve à la fin du traité L’Amour de la Sagesse éternelle. Je le reprends le soir avec mon épouse. J’ai changé le « vous » pour le « tu ». J’ai aussi remplacé « en qualité d’esclave » par « en toute soumission et amour », comme on le fait dans les Foyers de Charité de Marthe Robin et dans plusieurs autres communautés. J’ai d’ailleurs vécu cette consécration la première fois à la fin d’une retraite au Foyer de Charité de Châteauneuf-de-Galaure le 8 septembre 1973. Ce fut un tournant dans ma vie.

Je te choisis, aujourd’hui, ô Marie, 
en présence de toute la cour céleste, 
pour ma mère et ma reine. 
Je te livre et consacre, 
en toute soumission et amour, 
mon corps et mon âme, 
mes biens intérieurs et extérieurs, 
et la valeur même de mes bonnes actions
passées, présentes et futures,
te laissant un entier et plein droit
de disposer de moi, 
et de tout ce qui m’appartient sans exception, 
selon ton bon plaisir, 
à la plus grande gloire de Dieu,
dans le temps et l’éternité. Amen.
 

Pour le manuel complet des exercices préparatoires à la consécration à Jésus par Marie avec Grignion de Montfort: Philippe-Marie Airaud, Tout à Jésus par Marie, Poitiers, DMM, 2017, 720 pages.

Pour voir les articles sur Marie dans mon blogue: cliquez ici.

Pour aller plus loin: Les saints, ces fous admirables (Novalis / Béatitudes).

Pour voir la liste des 9 entretiens et vidéos de la neuvaine à Marie dans ma chaîne YouTube, cliquez ici.

Dernier entretien de 25 minutes de la neuvaine à Marie donnée au Sanctuaire Marie-Reine-des-Coeurs de Chertsey.

 

Thérèse de Lisieux, parole d'espérance pour les fa...
Marie dans la vie de Georgette Faniel

Sur le même sujet:

 

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.jacquesgauthier.com/

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
24 novembre 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
- Pape François, Lumen Fidei, Parole et Silence.Le...
3347 lectures
Jacques Gauthier
16 avril 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Marcher plus loin, toujours plus loin. Ne pas s’ar...
6719 lectures
Jacques Gauthier
14 avril 2020
Le blogue de Jacques Gauthier
Le 15 avril 2019, nous étions rivés sur nos écrans...
1281 lectures
Jacques Gauthier
17 janvier 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Heureux qui se lève tôt pour chercher la sagesse, ...
4649 lectures
Jacques Gauthier
13 juillet 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Tout ce qui est humain m'intéresse et nourrit ma f...
7201 lectures