Le blogue de Jacques Gauthier

Le refrain des heures

Le refrain des heures (Écrits des Forges, 2022, 106 pages) est mon 22e recueil de poésie, et le 5e publié aux Écrits des Forges. Il contient cinquante-cinq poèmes, regroupés en quatre parties: Chansons des montées, Variations d’un amourRequiem et Point d’orgue.

Refrain des heures

Les mots de ce recueil expriment les sentiments qui m’habitent devant la beauté du monde et la souffrance humaine, la joie de croire et de vivre, l’amour de la nature et de Dieu. La poésie se fait incantatoire et méditative, proche de l’hymne, du chant. Plusieurs poèmes ressemblent à des chansons qui pourraient être mis en musique. Avis aux compositeurs.

Chacun de mes recueils de poèmes révèle ma présence au monde et ma compréhension du réel. Le refrain des heures évoque le temps qui passe et s’inspire de ma vie : mon enfance à Grand-Mère, ma période hippie, le besoin de partir, l'approfondissement de la mystique chrétienne, la rencontre de mon épouse. La mort, qui fait partie de la vie, est aussi très présente dans ce recueil. J’ai repris quelques poèmes que j’avais écrits il y a longtemps et je leur ai donné une nouvelle forme.

La dimension autobiographique de ce recueil prolonge la simplicité et la profondeur que l’on retrouve dans Un souffle de fin silence (Prix littéraire Le Droit 2018). Ma poésie se veut fraternelle, verticale, en fidélité aux sources qui alimentent ma quête spirituelle depuis mon premier livre, L’oraison des saisons, paru en 1978. 

Pendant que j’écrivais Le refrain des heures, mes parents sont décédés en 2018, à quatre mois d’intervalle. Ces deuils ont apporté une dimension très personnelle au recueil. Il m’a préparé à l’écriture du récit de ma vie, En sa présence, que j’ai terminé en décembre 2021, et qui sera publié en septembre 2022 en France et au Québec (Artège / Novalis). Comme quoi la poésie précède souvent la prose.

Dans la présentation du livre, l’éditeur écrit : « Le refrain des heures s’offre à la lecture comme une profonde méditation. Le poète y élabore la géographie du parcours intime d’un homme s’interrogeant sur son existence. Le lecteur suit, dans le temps et l’espace, cette réflexion poétique associant la beauté des paysages où le narrateur se promène et une quête personnelle de réponses. Puis au centre de la démarche du poète s’inscrit l’amour. Celui-ci y paraît sous diverses facettes, depuis l’appel du désir jusqu’à sa manifestation dans les plus simples éléments de la trame du quotidien ».

Pour vous donner une idée du recueil, je vous partage le premier et le dernier poème.

Jour naissant
 
Tu attendras le jour 
avant que la lueur de l’aube
nourrisse ton corps arraché
à l’aigreur de l’insomnie
 
Tu goûteras le fruit du matin
la verte fraîcheur de la vie
l’odeur végétale du vent
dans le silence de l’aquarelle
 
Tu sortiras ailleurs qu'en toi
au pas à pas de l’enfant
et tu lui donneras ton nom
pour qu'il dure jusqu'à demain
 
Tu l'ouvriras à la lumière
quand les nuages se déchirent
pour que passe un peu de clarté
l'étincelle des commencements
 
Il marchera en ta présence 
sur le chemin des heures
Il est né pour être ravi 
pour garder l’altitude de l’aigle
 
Il suivra le soleil ardent
où tant d'amants se sont brûlés
Il saura que ce jour naissant
est le premier de sa vie  (p. 11-12)
 
 
Toi
 
L’âme se réveille à ton toucher  
souveraine dans sa pauvreté
        
Rien ne bouge à la surface
tout change en profondeur
 
Face au silence qui me dénude
l’intention de rester en présence
 
L’attente colore le désir d’être là
j’anticipe le rendez-vous
 
L’aride assise reverdit le désert 
l’étreinte furtive adoucit l’absence 
 
Le temps se berce à ton chant
tu n'attends que moi-même
 
Ne pas dépendre du nombre
mais célébrer seul avec toi
 
Je m'abandonne au ciel voilé 
l'ultime marque de confiance
 
J'avance en mes terres intérieures 
j’apprends la patience des semences
 
Je prends le trajet des crêtes  
l'étincelle peut tout enflammer 
 
Je n'abdique pas d'être surpris 
à la lisière de la plaine
 
Ton nom monte en moi 
me déterre sur le seuil  
 
J’écris debout dans la nuit 
le poème me sert de flambeau  (p. 97-98)

 

Pour en savoir plus: la fiche détaillé du livre sur mon site Web.
La présentation du livre sur le site des Écrits des Forges.
La fiche technique sur le site du diffuseur Prologue.

Lire ces autres poèmes du recueil qui sont publiés sur ce blogue:
À la brunante
Deux poèmes pour la Saint-Valentin

 

 Présentation du recueil, montage et lecture de deux poèmes, dans la vidéo de 7 minutes, ajoutée le 25 février dans ma chaîne YouTube.

La part d'infini qui nous échappe
Aimer à la manière de Jésus

Sur le même sujet:

 

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/

©Jacques Gauthier,  tous droits réservés