Nelson Mandela: une conscience, une inspiration

La vie de Nelson Mandela relève de l’épopée, à une époque où de grands changements sont survenus, comme la fin du communisme et la chute du mur de Berlin. Je retiens de lui la cohérence entre les paroles et les actions, l’élégance tranquille de son âme, la persévérance dans le combat pour une cause noble et juste. De la trempe des prophètes bibliques, il a surtout été un homme de foi, d’espérance et d’amour.

MandelaMandela a cru qu’il pouvait vaincre le régime de l’apartheid par sa puissance intérieure, un peu comme l’a fait Gandhi pour l’Inde. Il a puisé son énergie dans ses convictions les plus profondes, en fidélité à ce que lui dictait sa conscience. Comme Soljenitsyne, il a peu parlé de sa foi chrétienne, jugeant que c'était d'ordre personnel. Il a espéré toute sa vie que son peuple verrait la lumière de la liberté, même quand il a été condamné à la prison à vie en 1964. Son témoignage d’espérance va inspirer ses compagnons de captivité et canaliser la mobilisation contre l’apartheid, jusqu’à sa libération en 1990. Il a beaucoup aimé, sans renier ses idéaux de justice et de vérité. Il a pardonné à ses ennemis, tendu la main aux grands et aux petits de ce monde.

Cet homme libre, intègre, prix Nobel de la paix, a vaincu les préjugés du racisme et redonné confiance à son peuple. À son discours d’intronisation à la présidence de son pays en 1994, il déclarait : « La grandeur n’est pas l’apanage de quelques élus; elle se trouve en chacun de nous. Lorsque nous laissons notre âme répandre sa lumière, nous permettons inconsciemment aux autres de révéler la leur. Lorsque nous nous affranchissons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »

Certes, il y a encore beaucoup de pas à faire sur les chemins de la confiance, de la non-violence et de la réconciliation, mais celui qu’on a surnommé le père de la nation sud-africaine a insufflé un supplément d’âme et de bonté qui a changé le rythme de l’histoire. Plusieurs se sont reconnus en lui. Il demeure une conscience pour l’Afrique entière, une inspiration pour le monde. Qu’il repose en paix! Cette paix qu’il a tant souhaité pour lui-même, sa famille, son pays, l’univers.

Cet article est paru dans Le Soleil, (Québec), et sur Aleteia.  

Marie à l'aube de ma vie
Mon blogue, déjà un an

Sur le même sujet:

 

abonnez vous blog v2 down

Me suivre sur Twitter…

Sélection au hasard

Jacques Gauthier
11 novembre 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Il fait novembre et j’ai froid Leonardje me souvie...
3504 lectures
Jacques Gauthier
20 mars 2015
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans l'Évangile de ce 5e dimanche de Carême, ...
3911 lectures
Jacques Gauthier
17 janvier 2013
Le blogue de Jacques Gauthier
Le cri du héros de Dostoïevski, Ivan Kamazarov, ré...
4510 lectures
Jacques Gauthier
26 février 2016
Le blogue de Jacques Gauthier
Dans l’évangile de ce 3e dimanche de Carême, on ra...
1941 lectures
Jacques Gauthier
10 octobre 2014
Le blogue de Jacques Gauthier
Ce qui fait la beauté du désert, écrivait Saint-Ex...
3254 lectures