Seigneur Jésus, vois ma douleur,
immense comme le cœur.
Je la cache dans tes plaies,
médecin des âmes et des corps.
 
Aie pitié de moi, viens à mon aide.
Ma misère est bien grande.
Je ne sais rien de la souffrance,
sinon ton nom murmuré en silence.
 
Souffrance
 
La croix me porte jusqu’à ton visage,
l’amour nous tient, non les clous.
Blesse-moi de ta miséricorde infinie,
pour que je sois guéri de nouveau.
 
Tu te tiens là, au plus haut de moi,
quand le doute me tire vers le bas.
Je t’offre une place près du lit,
pour que ma tête s’y appuie la nuit.
 
Ma prière se perd-elle dans le néant?
Je communie à ton cri d’enfantement :
Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Tu as pris nos angoisses dans ta passion.
 
Sûr de ton amour et de ma faiblesse,
je veux unir ma volonté à la tienne,
prolonger le oui de notre mère Marie,
remettre ma vie entre les mains du Père.
 
Ô toi, le Premier-né d’entre les morts,
je crois en la puissance de ta résurrection.
Transforme le mal en sainteté et solidarité,
pour la conversion et le salut du monde.

 

Lire aussi cet article du blog: 11 février, Journée mondiale des malades.
Et mon livre Récit d'un passage, Novalis/Parole et Silence, 2016.