Le blogue de Jacques Gauthier

Oui, amen

Amen! Que de fois nous prononçons ce mot, souvent par routine, à la fin d’une prière ou d’une parole, comme s’il s’agissait d’un point final. Pourtant, il donne au texte une ouverture qui fait corps avec notre vie. L’horizon n’est jamais fermé lorsque nous disons « amen ».

De la racine hébraïque ’mn , amen signifie solidité, fermeté. En disant « amen », nous faisons nôtre une prière, un texte, nous faisons confiance à une personne : oui, ce que je viens d’entendre, c’est du solide, et pour cela j’appose mon « amen », mon oui. Ce terme hébreu a donc un aspect relationnel. Ainsi, dire « amen » à Dieu, c’est lui signifier qu’il est fiable, lui le Dieu fidèle (cf. Isaïe 65, 16), et que nous pouvons toujours lui faire confiance. «Béni soit le Seigneur pour toujours! Amen. Amen!» (Psaume 88, 53)

Jésus, qui parlait l’araméen, utilisait beaucoup le mot amen. Jean en a donné plusieurs exemples dans son Évangile dont nous lisons des extraits en ces dimanches après Pâques. Jésus lui-même est appelé le témoin fidèle «l'Amen» (Apocalypse 3, 14).

 Dire « amen » à Dieu, c’est se fier au Christ, croire à ce qu’il dit. Lorsque nous recevons son Corps, nous répondons aussi «amen». Nous adhérons à son Corps qui fait l’Église, dans le sens d’une adhérence au Christ, comme des pneus « adhèrent » à la route. C’est comme si nous disions : « Eh bien oui, amen, je crois et j’adhère au Christ de tout mon cœur ». Et nous devenons « Amen » dans le Fils, qui vit et règne avec le Père dans l’unité du Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Paru dans Prions en Église, Montréal, 5 mai 2013, p. 37.

8 mai: Bienheureuse Catherine de Saint-Augustin (1...
Comme je vous ai aimés

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Invité
lundi 26 septembre 2022

Image Captcha

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/

©Jacques Gauthier,  tous droits réservés