Le blogue de Jacques Gauthier

À la brunante

Jacques poeme

Te souviens-tu de mon désircroisant ton ombre à la brunantequand un suaire de silencerecouvrait la première neige Que de sentiers à dépisteravant d'entrevoir ta maisonque de forêts à traverseravant d'atteindre ton absence Amour qui naîtamour qui vientes-tu de l'autre côté du versanten dessous des chosesou derrière le décorau-dedans des hommes  N'oublie pas ces instants troublantsdes rendez-vous à la brunanteoù la passion mettait en cageles cœurs volages pour l'hiver Que de secrets à découvriravant la blessure des motsque de combats à revêtiravant la tendresse des corps Amour qui fuitamour qui partes-tu de l'autre côté du versanten dessous des chosesou derrière le décorau-dedans des hommes Rappelle-toi cette chansonquand tu m'attends à la brunantedans les moments de solitudeprès de ces neiges du couchant Que de nuits à te désireravant le baiser de l'auroreque de printemps à te guetteravant le cri de ta présence Amour qui passeamour qui durees-tu de l'autre côté du versanten dessous des chosesou derrière le décorau-dedans des hommes Du recueil...

Lire la suite
  624 lectures

Neige bleue

Neige

 À ce point du jourl’aube glaciales’avance avec la biseemmitouflée dans des voiles mauves Sa lumière patinesur la neige bleuemonte aux fenêtresouvre la cage Réveille-toi ma joiel’aurore flamboieau lever du soleildans un écrin de silence C’est le temps de l’envoltes empreintes sur mon corpsl’extase de la rédemption Pourquoi s’étonnerd’une telle libérationl’amour ne demande rienquand il glisse sa victoiredans la chair meurtrie Poème tiré de mon recueil Un souffle de fin silence, à paraître en février 2017 aux Éditions du Noroît.

  3935 lectures

Ô toi, le Cherché

Ô toi, le Cherché  Ô toi le Cherchéde mes yeux voilés,jusques à quand cette quêteà travers le suaire de silence,couvrant ton ombresous la première neige.Combien de sentiers à dépisteravant d’entrevoir ta maison?Combien de forêts à traverseravant d’atteindre ton royaume? Ô toi le Cachéde mon corps brisé,jusques à quand cette courseà travers le rêve du temps,imprégnant tes tracessur les plages de l’histoire.Es-tu de l’autre côté du versanten-dessous des choses,ou derrière le décorau-dedans des hommes? Ô toi l’Inexpriméde ma voix esseulée,jusques à quand cette passionà travers la douleur des mots,révélant ta Parolesur les dalles du poème.Souffleras-tu en mes désertspour me blesser de ta lumière?Viendras-tu en mes hiverspour me parler de ton feu? Ô toi le Désiréde mon cœur blesséjusques à quand cette folieà travers le sang du souvenir,guettant ton Espritsur les paupières des nuits.Ton baiser me brûlera-t-ilcomme ces neiges du couchant,quand au tournant du voyageje verrai enfin ton visage? Jacques Gauthier, Prières de toutes les saisons, Bellarmin /...

Lire la suite
Mots-clés :
  10205 lectures

En acceptant, vous accéderez à un service fourni par un tiers externe à https://www.jacquesgauthier.com/

©Jacques Gauthier,  tous droits réservés