Les saints, ces fous admirables

les saints ces fous admirablesLes saints, ces fous admirables, Montréal et Nouan-Le-Fuzelier, Novalis / Béatitudes. Nouvelle édition revue et augmentée, 344 pages, 2018, 29,95$, 19€. 
Voir la fiche du livre sur le site des éditions Novalis.
Voir l'édition française sur le site des éditions des Béatitudes.

« Les saints partagent les mêmes combats et préoccupations que nous, les mêmes espérances et déceptions, la même aventure de la liberté et de la vérité. Ils nous aident à libérer le saint qui se cache en nous comme un bloc de marbre non encore sculpté, que l’amour de Dieu veut ciseler pour qu’apparaisse son image. »

Ces quelques lignes résument bien ce que Jacques Gauthier a appris en fréquentant ses amis, les saints et les saintes. Au fil des pages de ce livre, il nous fait partager la vive admiration qu’il éprouve pour ces hommes et ces femmes qu’il n’hésite pas à appeler des « fous admirables », reprenant la belle expression de Marie Noël. Il nous fait découvrir de véritables compagnons ou compagnes de route qui ont tout misé sur la miséricorde de Dieu et qui ne demandent qu’à nous faire entrer dans cette ardente amitié qu’ils avaient pour le Christ.

Avant-propos de la nouvelle édition de 2018

Dans la Lettre apostolique publiée avant sa mort, Reste avec nous Seigneur, Jean-Paul II faisait cette affirmation : « Les exemples des saints sont devant nos yeux ». J’ai déjà présenté 45 « exemples » de bienheureux et bienheureuses, saints et saintes, dans mon « sanctoral » Les Saints, ces fous admirables, paru en 2005. Ce livre, étant épuisé depuis plusieurs années, je le reprends en ajoutant dix-huit nouvelles figures, surtout les apôtres du Christ que j’ai développés dans Jésus raconté par ses proches (Parole et Silence – Novalis, 2015).

J’ai profité de cette nouvelle édition pour réviser en profondeur le texte, car il y a eu plusieurs changements depuis le premier tirage. Les bienheureux frère André, Marie de l’Incarnation, Jean-Paul II, Mère Teresa et Élisabeth de la Trinité ont été canonisés. De plus, Benoît XVI a reconnu officiellement la sainteté de la visonnaire allemande Hildegarde de Bingen et l’a nommé docteur de l’Église en octobre 2012. Fait à signaler, le pape émérite a donné, de 2006 à 2011, plusieurs catéchèses du mercredi sur les Apôtres, les Pères de l’Église, les saints et saintes du calenrier liturgique.

Dans la nouvelle version de ce livre, j’ai joint deux bienheureux : Marie-Léonie Paradis (4 mai) et Charles de Foucauld (1er décembre). J’ai ajouté également ces saints et saintes : Marguerite Bourgeoys (12 janvier), Kateri Tekakwitha (17 avril), Marc (25 avril), Philippe et Jacques (3 mai), François de Laval (6 mai), Thomas (3 juillet), Louis et Zélie Martin (12 juillet), Marie Madeleine (22 juillet), Jacques le Majeur (25 juillet), Anne et Joachim (26 juillet), Nathanël, dit Barthélemy (24 août), Matthieu (21 septembre), Luc (18 octobre), Simon et Jude (28 octobre), André (30 novembre), Jean (27 décembre).

J’ai gardé la préface de la première édition, écrite par le cardinal Marc Ouellet, alors qu’il était archevêque de Québec. Il occupe depuis juin 2010 les fonctions de préfet de la Congrégation pour les évêques à Rome. Il donne un bon aperçu de cet ouvrage qui en contient presque deux : une introduction qui constitue un petit traité sur la sainteté, suivi des 63 biographies, plus ou moins longues, de mes « fous admirables », témoins de l’amour de Dieu.

Le pape François continue à sa manière toute simple et prophétique la mission des papes précédents. Il revient souvent sur l’importance de communiquer la foi par le témoignage de l’amour. Pour lui, l’exemple des saints fait avancer l’Église. En réponse à une question qui lui était posée le 18 mai 2013, lors de la veillée de Pentecôte place Saint-Pierre avec les mouvements ecclésiaux, il parlait du grand besoin de témoins pour notre monde : "La communication de la foi ne peut se faire que par le témoignage et c’est l’amour. Non pas avec nos idées, mais avec l’évangile vécu dans notre existence et que l’Esprit-Saint fait vivre au-dedans de nous. C’est comme une synergie entre nous et l’Esprit-Saint, et cela conduit au témoignage. L’Église, ce sont les saints qui la font avancer, ce sont eux qui donnent ce témoignage. Comme l’ont dit Jean-Paul II et Benoît XVI, le monde d’aujourd’hui a un grand besoin de témoins. Pas tellement de maîtres, mais de témoins."

Extrait de la préface du cardinal Marc Ouellet, édition 2005

Le livre de Jacques Gauthier est très riche et original du fait qu’il en contient presque deux : une ample présentation qui constitue en elle-même un vrai petit traité sur la sainteté, suivi de 45 brèves biographies de saints.

La première partie, que l’auteur nomme simplement une « introduction », permet d’apprécier son intérêt pour les saints en général et pour certains en particulier dont il a la conviction qu’« ils l’ont choisi » beaucoup plus qu’il ne les a choisis lui-même, comme nous le montre le récit de certaines étapes de son histoire personnelle. L’auteur nous présente d’une manière à la fois simple et cordiale, mais combien solide, une compréhension renouvelée de ce qu’est la sainteté. Il le fait en partant du Dieu saint qui nous a créés à son image et qui nous appelle à lui ressembler : « Soyez saints, car moi, je suis saint » (1 P 1. 15-16). Il poursuit avec Jésus Christ, le « Saint de Dieu », le « Fils de Dieu » devenu l’un des nôtres pour qu’en lui et par lui, toute personne puisse réaliser sa vocation à la sainteté en se laissant saisir à fond par sa grâce. Car, comme l’auteur le démontre très bien, les saints ne sont ni des héros, ni des géants, ni des idoles, ni des « stars ». Ce sont des gens comme nous, avec leurs fragilités, leurs blessures, leurs difficultés, mais qui ont laissé Dieu triompher en eux.

D’où le titre du volume, quelque peu surprenant mais tellement significatif : les saints sont des «  fous admirables ». Cette expression de la poétesse Marie Noël, que l’auteur reprend à son compte, nous plonge au cœur du mystère de la sainteté chrétienne. Les saints sont des « fous admirables », car la sainteté, c’est une vraie folie : la folie de Dieu qui est essentiellement la folie de l’amour, d’un amour que Dieu fait sourdre en ses enfants dans la mesure où ceux-ci s’abandonnent à sa miséricorde et s’offrent vraiment à lui. Et c’est une folie d’amour dont la sagesse ne s’apprend vraiment qu’au pied de la croix.

Bien d’autres aspects de cette admirable introduction pourraient être mis en relief, comme par exemple la valeur du culte des saints dans l’Église et la manière dont ce culte se vit tout au long de l’année liturgique.

Viennent ensuite les 45 biographies. Elles sont décrites dans un langage simple et vivant. L’auteur recherche toujours l’exactitude historique et manifeste une saine retenue en refusant, selon son propre aveu, de mettre l’accent sur des détails superflus, qui  « tiennent plus souvent lieu de légende, au lieu de s’en rapporter à l’histoire ». Sa fidélité aux sources est grande; cela ressort particulièrement de la présentation qu’il fait du mystère de la Vierge Marie et de saint Joseph. Ce sont toujours les données du Nouveau Testament qui alimentent son regard contemplatif sur l’une et l’autre.

J’ai été impressionné de voir comment chaque récit biographique met en lumière non seulement des éléments de la vie de ces personnes, mais surtout le charisme et la mission particulière que chacune a reçus de Dieu pour le bien de l’Église. On devine son intimité avec Thérèse de l’Enfant- Jésus lorsqu’il nous invite, en accueillant ces récits, à « déchiffrer leur musique intérieure … avant d’en chanter avec eux toute la portée au ciel… » Car l’ensemble des dons faits par Dieu à ses enfants et se déployant dans l’amour ne forme-t-il pas une merveilleuse symphonie qui nous dévoile quelque chose de la beauté même de Dieu révélée dans le Christ Jésus ?

Jacques Gauthier n’a pas peur de montrer la place incontournable de la communion à la croix du Christ dans la vie des saints. C’est ainsi que, parlant de la bienheureuse Dina Bélanger, il écrit : « Paradoxe du christianisme que d’unir joie et souffrance, puisque l’amour absorbe tout ». Oui, tout dans la vie chrétienne, même et surtout la souffrance, s’explique toujours par l’amour.

À la fin de chaque biographie, l’auteur nous propose une prière qui vient comme cristalliser, souvent sous la forme d’une poésie très vibrante et de grande qualité, le message profond du témoin en question. J’ai beaucoup goûté ces prières et je pense qu’il vaut la peine de prendre le temps de nous arrêter à chacune pour en approfondir le contenu. Car c’est souvent là que l’auteur nous offre le cœur de ce qu’il a découvert d’unique dans le témoignage de chacun de ces saints dont le mystère l’a si profondément marqué.

Ces quelques mots sont très insuffisants pour dire la richesse et l’intérêt de ce volume qui fera du bien aux âmes, avec son « petit traité de la sainteté » et ses quarante-cinq «miniatures» nous dévoilant quelque chose de la richesse insondable de la grâce de Dieu à l’œuvre dans les saints. Si mes mots rendent mal la valeur extraordinairement actuelle de ce livre, j’espère au moins que l’enthousiasme qu’il a ravivé en moi puisse donner à d’autres le goût de plonger eux aussi dans ses pages pour y nourrir leur soif d’absolu et leur faim d’une vie chrétienne sincère et profonde.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction : Une nuée de témoins
Des amis pour l’éternité
L’éternelle enfance de Dieu
Les saints dans ma vie
Créés à l’image de Dieu
Jésus, le Saint de Dieu
« Les fous de Dieu »
Un rien qui devient saint
Le culte des saints
Un sanctoral qui évolue
Un choix personnel 

Marie de toutes les saisons
Marie: Mère de Jésus et de l'Église

Janvier

Séraphim de Sarov : transfiguré du Saint Esprit
Frère André : serviteur de saint Joseph
Marguerite Bourgeoys : première enseignante de Montréal
François de Sales : un saint très humain
Paul de Tarse : une expérience pascale

Février

Bernadette Soubirous : la belle Dame
Fra Angelico : patron des artistes

Mars

Jean de Dieu : l’ami des malades
Patrice : patron des Irlandais
Joseph : l’homme juste

Avril

Benoît-Joseph Labre : le saint marcheur
Louis-Marie Grignion de Montfort : l’apôtre de Marie
Kateri Tekakwitha : le lys des Agniers
Marc : compagnon de Pierre et Paul
Catherine de Sienne : l’amour de l’Église
Marie de l’Incarnation : mère de l’Église canadienne

Mai

Philippe et Jacques : à la suite du Christ
Marie-Léonie Paradis : les chemins de l’Évangile
François de Laval : père de l’Église canadienne
Catherine de Saint-Augustin : une mystique canadienne
Eugène de Mazenod : serviteur des pauvres

Juin

Antoine de Padoue : la parole en action
Jean-Baptiste : le précurseur du Christ
Pierre et Paul : les colonnes de l’Église

Juillet

Thomas : le toucher de la foi
Benoît de Nursie : père des moines d’Occident
Louis et Zélie Martin : premier couple canonisé
Marie Madeleine: l’apôtre des Apôtres
Jacques le Majeur : fils du tonnerre
Anne et Joachim : parents de Marie
Ignace de Loyola : la plus grande gloire de Dieu

Août

Curé d’Ars : patron des curés
Dominique : prédicateur de la vérité
Édith Stein : un amour engagé
Claire d’Assise : dame pauvreté
Maximilien Kolbe : le chevalier de l’Immaculée
Jean Eudes : apôtre des cœurs de Jésus et de Marie
Bernard de Clairvaux : l’ami du Verbe
Sainte Rose de Lima : patronne des Amériques
Nathanaël, dit Barthélemy : un juif authentique
Augustin d’Hippone : le désir de Dieu

Septembre

Dina Bélanger : aimer et laisser faire Jésus
Mère Teresa : étancher la soif de Jésus
Frédéric Ozanam : un laïc engagé
Hildegarde de Bingen : visionnaire de Dieu
Matthieu : choisi parce que pardonné
Padre Pio : un autre Christ
Jean de Brébeuf et ses compagnons : passionnés du Christ

Octobre

Thérèse de Lisieux : à la rencontre du Christ
François d’Assise : frère universel
Faustine Kowalska : messagère de la miséricorde
Thérèse d’Avila : mère des spirituels
Marguerite-Marie Alacoque : messagère du Sacré-Cœur
Luc l’évangéliste : collaborateur de Paul
Jean-Paul II : pape de la prière
Simon et Jude : apôtres des désespérés

Novembre

Toussaint : foule immense de témoins du Christ
Élisabeth de la Trinité : une louange de gloire
Louis et Marie Quattrocchi : époux et parents
André : conciliateur pour le Royaume

Décembre

Charles de Foucauld : l’enfouissement au désert
Jean de la Croix : poète mystique du Christ
Jean l’évangéliste : le disciple bien-aimé 

Les médias en parlent 

"Paru en 2005, ce "sanctoral" était épuisé. Bon signe ! Et belle occasion de le rendre au public en actualisant le texte (en 13 ans les autels se sont peuplés de nouveaux saints) et en ajoutant 18 nouvelles "figures" aux 45 premières [...]
À chaque fois rapide biographie, allant au plus sûr, et surtout méditation sur le charisme du saint ou de la sainte, appuyée sur des extraits des œuvres, mais aussi sur l’oraison de leur fête, ou des passages de l’Écriture. Et c’est par là que cette deuxième partie ne fait qu’un avec la première, une soudure manifeste étant la Toussaint, qui est, Dieu le veuille, notre fête.
Étonnant Jacques Gauthier ! Son livre a une force de présence qui vient des profondeurs. Je l’ai déjà dit : on ne le lit pas sans en écrire, notes et citations ; une fois lu, on ne l’éloigne pas de soi, toujours prêt à revenir à telle page, telle phrase. Une citation ? Une seule. De Joseph Ratzinger, 1997 : « Les vrais réformateurs de l’Église, grâce auxquels elle est redevenue plus simple et a ouvert ainsi de nouveaux accès à la foi, ont toujours été les saints. » Ce livre en est à la fois la preuve et l’illustration."
Bernard Plessy, dans Aleteia, 7 avril 2018, sous le titre: "Les autels se peuplent de nouveaux saints". Pour lire la recension au complet, cliquez ici.

9 mars 2018. Entretien de 10 minutes avec Francis Denis à l'émission "Église en sortie" de Sel et Lumière sur "Les saints, ces fous admirables" (Novalis / éd. des Béatitudes). Pour écouter l'émission, cliquez ici, ou sur mon site.

"Par son caractère simple, convivial et inspirant, Les saints, ces fous admirables offre une belle incursion dans l'univers des saints qui saura nourrir la foi et la dévotion de tous ceux qui s'intéressent aux multiples facettes du christianisme".
Simon Maltais, 21 février 2018, blogue "Les carnets du parvis". Pour lire la recension au complet, cliquez ici.

Très belle introduction avant de suivre, mois après mois, les pas de ceux qui, par leur expérience, nous aident à libérer le saint qui se cache en nous... Écrit dans la simplicité et la perspicacité d'un auteur qui n'est plus à présenter.
Feu et Lumière, janvier 2006, p. 64.

Les saints comme vous ne les connaissez pas. Plus qu'une étude, c'est une rencontre avec les amis du Ciel, ce qui rend l'approche vivante, nouvelle, savoureuse. D'autant plus que l'auteur les classe par mois, au jour de leur fête, comme pour nous aider à préparer un rendez-vous avec leur vie et leurs grâces.
Maryvonne Gasse, Famille Chrétienne, 28 janvier 2006.

À travers son ouvrage, Jacques Gauthier nous fait partager sa vive admiration qu'il a pour les saints et les saintes qu'ils nomment affectueusement "ces fous admirables". Il fait découvrir aux lecteurs de manière simple des compagnons et des compagnes de route qui ont misé sur la miséricorde de Dieu.
Annick Robert, L'Oratoire, mars-avril 2006, p. 27.

Pour commander ou en savoir plus,

Europe, site des Béatitudes cliquer ici

Canada, site de Novalis cliquer ici